Liens d'accessibilité

Etats-Unis : la journaliste Helen Thomas prend sa retraite après ses propos incendiaires contre Israël


Thomas en couverture de son livre "Front Row at the White House"

Thomas en couverture de son livre "Front Row at the White House"

En réponse à une demande de commentaire de David Nesenoff au sujet d’Israël, Madame Thomas répondit qu’Israel devrait se retirer de la Palestine.

Helen Thomas, journaliste américaine chevronnée dont les commentaires, la semaine dernière, à propos d’Israël ont fait grand bruit récemment, a pris sa retraite. Mme Thomas, qui travaillait pour Hearst Newspapers, s’est excusée de ces propos, mais s’est attiré les critiques de la présidence américaine et de l’Association des correspondants de la Maison-Blanche.

Helen Thomas couvrait les activités de la Maison Blanche depuis le début des années soixante. Ses remarques controversées étaient adressées au Rabin David Nesenoff - également journaliste audiovisuel – en marge du premier évènement de la Maison Blanche organisé par le président Barack Obama dans le cadre du mois de l’héritage juif américain.

En réponse à une demande de commentaire de David Nesenoff au sujet d’Israël, Madame Thomas répondit qu’Israel devrait se retirer de la Palestine, qu’elle a qualifiée de pays sous occupation. Elle a également dit, selon ses termes, que les Juifs devraient retourner en Allemagne, en Pologne, aux Etats Unis ou ailleurs. Ces commentaires diffusés sur le site internet de Nesenoff ont rapidement fait le tour du monde.

Lors du briefing quotidien de la Maison-Blanche lundi, la chaise, en bout de table, de la doyenne des correspondants de la Maison Blanche, était inoccupée. « Ces propos sont choquants et répréhensibles. Ils ne pouvaient se passer d’excuses, et elle s’est excusée. Bien entendu, ces remarques ne reflètent pas du tout l’opinion, je puis vous l’assurer, de la plupart des personnes ici, et ne correspondent certainement pas au point de vue de l’administration », a déclaré Robert Gibbs, porte-parole de la Maison Blanche.

Hearst Newspapers, qui publie une colonne hebdomadaire d’Helen Thomas, a annoncé que la journaliste, qui fêtera ses 90 ans en août, se retirait immédiatement.

Sur son propre site web, Thomas dit regretter profondément ses propos, qui, dit-elle, ne reflètent pas le fond de sa pensée, à savoir, la ferme certitude que la paix ne viendra au proche Orient que lorsque toutes les parties reconnaitront la nécessité du respect mutuel et de la tolérance, insiste-t-elle.

Du point de vue de l’Association des correspondants de la Maison Blanche, les commentaires de Thomas sont indéfendables, et particulièrement fâcheux à la lumière de son rôle de pionnière des correspondants à la Maison Blanche.

Parmi les premières femmes à couvrir la Maison-Blanche, sous l’administration Kennedy, Helen Thomas occupait la seule chaise portant une petite plaque métallique à son nom dans la salle de briefing.

XS
SM
MD
LG