Liens d'accessibilité

John Kerry justifie la capture d’un membre d’Al-Qaïda en Libye


John Kerry au forum de l'APEC, le 7 octobre 2013

John Kerry au forum de l'APEC, le 7 octobre 2013

Le secrétaire d’Etat américain estime que la capture, par les forces spéciales américaines, d’Abu Anas Al-Libi est « légale et appropriée ».

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry estime que la capture, par les forces spéciales américaines, d’un haut responsable d’Al-Qaida en Libye est « légale et appropriée. » Le gouvernement libyen a demandé aux Etats-Unis des clarifications au sujet de ce qu’il appelle « l’enlèvement » d’Abu Anas Al-Libi, samedi.

M. John Kerry, qui prend part à un sommet régional en Indonésie, a fait savoir que la demande des dirigeants libyens ne se justifie pas, et que Libi sera traduit en justice.

Selon le ministère américain de la Défense, Libi a été transféré dans « un endroit sécurisé » hors de la Libye. Un tribunal américain l’a inculpé en rapport avec les attentats à la bombe de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, dans lesquels plus de 200 personnes avaient péri et quelques 5 000 avaient été blessées.

Quelques heures avant la capture d’Abu Anas Al-Libi, des soldats des forces spéciales américaines avaient effectué un raid contre Barawe, une base côtière d’al-Shabaab, groupe islamiste somalien lié à al-Qaida. Ils sont repartis sans avoir capturé le leader d’Al-Shabaab qu’ils visaient.

Les raids en Libye et en Somalie montrent que les Etats-Unis « ne cesseront jamais » leurs efforts en vue de tenir responsables les auteurs d’actes terroristes, a déclaré le secrétaire d’Etat Kerry dimanche, ajoutant que les militants d’Al-Qaïda « peuvent fuir, mais ne peuvent pas se cacher. »

Un responsable américain que cite le New York Times a révélé que l’opération menée en Somalie a été planifiée il y a un peu plus d’une semaine, en réponse à l’assaut d’al-Shabaab contre le centre commercial Westgate de Nairobi, au Kenya. Cette attaque a fait plus de 60 morts.
XS
SM
MD
LG