Liens d'accessibilité

JO-2016/Golf: la réaction de Rory McIlroy est "exagérée", selon les experts


Le golfeur nord-irlandais Rory McIlroy (à droite)

Le golfeur nord-irlandais Rory McIlroy (à droite)

Le golfeur nord-irlandais a affirmé qu'il ne prendrait pas part aux jeux Olympiques de Rio à cause du virus Zika qui prévaut au Brésil.

La réaction du golfeur nord-irlandais Rory McIlroy, qui a annoncé mercredi qu'il ne participerait pas aux jeux Olympiques de Rio (5-21 août) en raison du virus Zika, est "exagérée", selon plusieurs experts.

Qui doit s'inquiéter du virus Zika ?

"Les femmes enceintes ou qui envisagent une grossesse à court terme dans la mesure où le virus peut s'attaquer au fœtus", souligne Andrew Freedman, un spécialiste des maladies infectieuses de l'Université de Cardiff.

"Les hommes qui sont infectés par le virus au Brésil peuvent le transmettre à leurs partenaires lors de relations sexuelles, c'est pourquoi on leur recommandé d'utiliser des préservatifs pendant plusieurs mois après leur retour".

A moins que McIlroy et sa femme envisagent d'avoir un enfant, "je pense que sa décision de ne pas participer aux Jeux est exagérée", ajoute Freedman.

"Chez la plupart des gens, le virus n'entraîne que des symptômes légers, voire pas de symptômes du tout. Ceux qui tombent malades présentent généralement des symptômes de type grippal et se rétablissent en quelques jours", dit-il.

"Des complications telles que le syndrome de Guillain-Barré (une atteinte neurologique qui peut entraîner des paralysies) peuvent se produire exceptionnellement", relève Jimmy Whitworth de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Il ajoute, selon les estimations les plus fiables, il ne devrait pas y avoir plus de 10 à 20 infections par le virus Zika parmi les quelque 500.000 athlètes et visiteurs aux JO de Rio.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé la semaine dernière que le risque de transmission du virus Zika lors des JO au Brésil était "très faible".

Environ 1,5 million de personnes ont été infectées par le virus à ce jour et 1300 bébés sont nés avec de graves anomalies du développement cérébral (microcéphalies) dans ce pays.

Pour la plupart des gens, il suffit de se protéger contre les piqûres de moustiques en se couvrant et en utilisant des insecticides, relèvent les experts.

Il est, en revanche, déconseillé aux femmes enceintes de se rendre à Rio.

Quant à celles qui envisagent d'avoir un enfant, elles ne devraient pas concevoir dans les deux mois suivant leur retour, même si elles ne pensent pas avoir contracté le virus, juste par précaution, estime M. Whitworth.

"Dans le cas peu probable où une femme ou son partenaire seraient infectés, ils doivent reporter la grossesse d'environ six mois, la durée au-delà de laquelle toute trace de virus devrait avoir disparu", ajoute-t-il.

McIlroy a-t-il raison de ne pas se rendre à Rio ?

Les chances de contracter le virus Zika sur un parcours de golf sont très minimes, dans la mesure où les moustiques vivent généralement autour des maisons.

"Je ne connais pas les raisons de cette décision, mais elle me paraît disproportionnée", note pour sa part Jonathan Ball de l'Université de Nottingham.

Mais pour Peter Barlow, un expert de l'Université Napier à Edimbourg, les effets du Zika à long terme sont peu connus.

"Il est tout à fait compréhensible qu'un athlète du niveau de McIlroy place sa santé et celle de sa famille au-dessus de tout, surtout s'il a l'intention de fonder une famille dans un proche avenir", ajoute-t-il.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG