Liens d'accessibilité

JO-2016 - LeBron James ne verra pas Rio, les Etats-Unis visent toujours l'or


LeBron James lors de la victoire des Cavaliers en finale de la NBA, à Oakland, 19 juin 2016. (Bob Donnan-USA TODAY Sports)

LeBron James lors de la victoire des Cavaliers en finale de la NBA, à Oakland, 19 juin 2016. (Bob Donnan-USA TODAY Sports)

Les Etats-Unis seront privés pour les JO-2016 de leur superstar LeBron James qui, comme Stephen Curry, James Harden ou Russell Westbrook, a décliné sa sélection après une épuisante saison NBA : mais à défaut de faire rêver, "Team USA" reste la grande favorite du rendez-vous de Rio.

"King James" ne couronnera pas sa fantastique saison 2015-16 avec un sacre olympique sous le soleil de Rio.

La superstar de Cleveland a renoncé à participer à ses quatrième JO après Athènes, Pékin et Londres: "J'ai besoin de repos", a concédé la semaine dernière le double champion olympique (2008 et 2012) après avoir offert à Cleveland le premier titre NBA de son histoire au terme d'un "come back" retentissant en finale contre Golden State.

En enchaînant six finales NBA de suite avec Miami, puis Cleveland, James a disputé 94,5 matches par saison depuis 2010: "The Chosen One", 31 ans, a fini la saison 2015-16 avec à son compteur personnel 97 matches, entre fin octobre et mi-juin, sans compter la fatigue des voyages et des décalages horaires.

Le rythme infernal de la NBA a également eu raison de Stephen Curry (Golden State), James Harden (Houston), Russell Westbrook (Oklahoma City), Kawhi Leonard (San Antonio), LaMarcus Aldridge (San Antonio), Chris Paul (Clippers) ou Blake Griffin (Clippers) qui ont renoncé à aller Rio pour préparer la saison à venir et éviter tout risque de nouvelles blessures.

Aucun n'a officiellement invoqué le virus Zika qui sévit actuellement au Brésil et qui a incité certains sportifs comme l'un des meilleurs joueurs de golf de la planète, le Nord-Irlandais Rory McIlroy, à renoncer au rendez-vous de Rio.

- Un 3e titre de suite pour "Melo"? -

Sans "King James", meilleur marqueur (273 points) et deuxième meilleur rebondeur de l'histoire de l'équipe des Etats-Unis, sans Curry, double meilleur joueur de NBA en titre, "Team USA" a perdu de son éclat et ne rivalisera certainement pas, en termes d'aura, avec la "Dream Team" des JO-1992 de Barcelone emmenée par Magic Johnson, Michael Jordan et Larry Bird.

Mais elle a malgré tout belle allure et reste la grande favorite du tournoi olympique où elle affrontera en phase de poules le Venezuela, la Chine, l'Australie et deux équipes encore à déterminer, dont potentiellement la France.

Pour soigner son image à l'international alors que tous les regards seront braqués sur Rio, la NBA a dépêché Kyrie Irving, le meneur de jeu de Cleveland, meilleur joueur de la Coupe du monde 2014, la star des New York Knicks Carmelo Anthony, qui peut devenir le premier joueur à enchaîner trois titres olympiques de suite ou encore Kevin Durant, la fine gâchette d'Oklahoma City, meilleur marqueur de "Team USA" à Londres avec ses 19,5 points par match.

La liste des douze joueurs comprend également trois joueurs de Golden State, le champion détrôné par Cleveland, Harrison Barnes, Draymond Green et Klay Thompson, Paul George (Indiana), DeMarcus Cousins (Sacramento), DeAndre Jordan (Clippers), Jimmy Butler (Chicago), DeMar DeRozan (Toronto), Kyle Lowry (Toronto).

Seuls Anthony (2004, 2008, 2012) et Durant (2012) ont déjà disputé des JO et avec une moyenne d'âge de 26,8 ans, cette équipe pourrait pâtir de son manque d'expérience.

"C'est un beau groupe qui associe des jeunes talents et des champions olympiques", a balayé Jerry Colangelo, le manager général qui a rappelé que cinq d'entre eux ont déjà disputé un Championnat du monde ou une Coupe du monde.

"Quand on regarde cette équipe, ce qui est frappe, c'est son équilibre avec des meneurs très rapides qui peuvent marquer, des marqueurs explosifs, des intérieurs costauds qui défendent bien", s'est félicité Mike Krzyzewski, l'emblématique "coack K" qui quittera son poste après Rio.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG