Liens d'accessibilité

JO 2016 : dernière chevauchée individuelle en or pour Bolt


Usain Bolt de la Jamaïque a terminé en tête et remporté la médaille au 200 mètres messieurs lors des Jeux Olympiques d'été de 2016 au stade olympique de Rio de Janeiro, au Brésil, 16 août 2016.

Usain Bolt de la Jamaïque a terminé en tête et remporté la médaille au 200 mètres messieurs lors des Jeux Olympiques d'été de 2016 au stade olympique de Rio de Janeiro, au Brésil, 16 août 2016.

Le Jamaïcain Usain Bolt, superstar du sprint, en a terminé avec ses chevauchées individuelles aux jeux Olympiques par une huitième médaille d'or, conquise sur 200 m en 19'78 à Rio.

L'Eclair effectuera néanmoins son dernier récital vendredi, pour une neuvième médaille d'or et compléter le 'triple triple' avec le relais 4x100 m, épreuve qu'il affectionne pour sa valeur ajoutée.

Et il égalera alors deux autres légendes de l'athlétisme, le Finlandais Paavo Nurmi (demi-fond) et l'Américain Carl Lewis (sprint et longueur).

Le Jamaïcain risque toutefois de perdre à l'avenir une de ses médailles, en raison du contrôle positif a posteriori de son coéquipier Nesta Carter, sur le relais de Pékin-2008.

Pékin-2008, Londres-2012 et Rio-2016 ont balisé la légende de Bolt, échalas (1,96 m) qui n'aurait jamais dû voler à cause d'une scoliose infantile.

Bolt est désormais au crépuscule de sa carrière et, pourtant, il reste le meilleur. A presque 30 ans (il les fêtera dimanche, dernier jour des Jeux), les séances d'entraînement et les maux physiques pèsent sur ses épaules tel un fardeau.

Pour la première fois peut-être, Bolt, très vite en action, a poursuivi son effort jusqu'à l'arrivée, grimaçant même, mais sans oublier néanmoins de tourner la tête sur la gauche et l'incliner à l'horizontale au moment de franchir la ligne, à destination des photographes.

Signe

Et, pourtant, son chrono est le moins bon de toute sa carrière en finale d'un grand événement (JO et Mondiaux). C'est un signe, même si les conditions météo n'étaient pas optimales.

Et c'est Bolt qui valide l'analyse. "Je vieillis et mon corps prend de l'âge. Personnellement, je pense que c'était mon dernier 200 m, mais mon entraîneur ne sera sûrement pas de cet avis. Je n'étais pas content de mon temps, simplement mon corps n'a pas répondu dans la ligne droite", a-t-il remarqué.

Bien loin de sa proclamation de battre son record du monde (19.19) qui remonte à 2009. Et d'ajouter: "J'essaie d'être l'un des plus grands, entre Pelé et Ali".

Et maintenant? Il paraît impossible que Bolt ait un successeur à sa taille, même si le premier homme qui avalera le demi-tour de piste en moins de 19 secondes est probablement déjà né.

Pour sa succession, Bolt a adoubé le gracile Canadien Andre De Grasse, son dauphin sur 200 m et médaille de bronze au 100 m, confirmant ainsi les deux podiums aux Championnats du monde 2015 à Pékin.

Les derniers Mondiaux cadets et juniors ont proposé des sprinteurs intéressants, dont certains devraient être compétitifs à Tokyo, dans quatre ans.

Jeunesse

Sara Kolak n'aura pas à attendre Tokyo. A seulement 21 ans, la Croate a été sacrée au javelot (66,18 m), au terme d'une saison qui l'a vue brûler les étapes, troisième des +Europe+ à Amsterdam.

Le colosse américain Ryan Crouser (2,01 m/132 kg) n'a pas non plus attendu le nombre des années pour battre, à 23 ans, le record olympique du lancer du poids (22,52 m).

Les Américains sont les maîtres sur 400 m haies.

En matinée, Kerron Clement avait enfin décroché le titre suprême à 30 ans. En soirée, Dalilah Muhammad a offert aux Etats-Unis la toute première fois dans la discipline.

Au décathlon, l'Américain Ashton Eaton a conservé son sceptre avec 8893 points. Il a repoussé l'assaut du jeune français Kevin Mayer qui, totalisant 8834 pts, a amélioré de 260 points l'ancien record de France de Christian Plaziat, vieux de 26 ans. En 1990, quand Bolt avait quatre ans.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG