Liens d'accessibilité

Corée du Nord : Jimmy Carter tente d’obtenir la libération d’un Américain emprisonné


Gomes a écopé de huit ans de travaux forcés assortis d’une amende d’environ 700 mille dollars. Une équipe du département d’Etat s’était rendu en Corée du Nord en début de mois, mais n’a pas obtenu sa libération.

Jimmy Carter est arrivé, mercredi, à Pyongyang où il tente d’obtenir la libération d’un Américain entré illégalement en Corée du Nord. Selon l’agence de presse d’Etat nord-coréenne, l’ancien président américain a été accueilli par le principal négociateur nucléaire de la Corée du Nord, Kim Kye Gwan. Il espère retourner aux Etats-Unis avec son compatriote Aijlon Mahli Gomes.

Cet ancien professeur d’anglais en Corée du Sud a été arrêté en janvier après avoir franchi la frontière nord-coréenne. Selon ses proches, il aurait été influencé par un missionnaire américain ayant effectué un voyage similaire. Tous les deux sont impliqués dans les activités de Pax Koreana, un groupe évangéliste travaillant sur les questions des droits humains en Corée du Nord.

Gomes a écopé de huit ans de travaux forcés assortis d’une amende d’environ 700 mille dollars. Une équipe du département d’Etat s’était rendu en Corée du Nord en début de mois, mais n’a pas obtenu sa libération.

Le leader de Pax Koreana, Jo Sung-rae, a une opinion mitigée de la visite du président Carter. La Corée du Nord, a-t-il dit, a obtenu ce qu’elle voulait en utilisant Gomes. Selon lui, Pyongyang voulait la visite de M. Carter, d’une plus grande envergure que Bill Richardson, le gouverneur de l’Etat du Nouveau Mexique et ancien ambassadeur américain à l’ONU.

Les autorités américaines, elles, se gardent de commenter directement la visite de Jimmy Carter, assurant ne pas vouloir compromettre cette mission humanitaire. L’ancien président, ont-elles toutefois souligné, s’est rendue à Pyongyang en tant que simple citoyen.

On se rappelle que l’ancien président américain Bill Clinton s’était rendu, l’année dernière, en Corée du Nord pour obtenir la libération de deux journalistes américaines emprisonnées pour être entrées illégalement en Corée du Nord. Un autre Américain, le missionnaire Robert Park, a été libéré en début d’année par Pyongyang après plus six semaines de détention.

Durant une visite à Pyongyang en 1994, l’ancien président Carter avait réussi à diffuser la tension née dans péninsule coréenne en rapport avec le programme nucléaire nord-coréen. La situation est à nouveau tendue dans cette région depuis qu’une équipe d’enquête internationale a accusé la Corée du Nord d’avoir torpillé un navire de guerre sud-coréenne, causant la mort de 46 marins. Pyongyang clame son innocence.

XS
SM
MD
LG