Liens d'accessibilité

Jeu de go: un programme informatique bat le champion d’Europe


Le robot R5 de la NASA, qui est le plus récent robot humanoïde de la NASA et qui a été construit pour participer au Défi Robotique de la DARPA, le 12 decembre 2015.
Photographes : BILL STAFFORD, JAMES BLAIR, REGAN GEESEMAN

Le robot R5 de la NASA, qui est le plus récent robot humanoïde de la NASA et qui a été construit pour participer au Défi Robotique de la DARPA, le 12 decembre 2015. Photographes : BILL STAFFORD, JAMES BLAIR, REGAN GEESEMAN

Le jeu de go est un célèbre jeu d’origine chinoise qui se joue à deux avec des pions noirs et blancs que l’on place sur les intersections d’un plateau quadrille.

Le but du jeu est d'occuper le plus d'espace possible, en bloquant peu à peu les pions de l'adversaire et en les capturant. En octobre dernier, une compétition s’est déroulée entre un humain et un système informatique. Ce dernier a battu à plate couture le champion d’Europe du jeu de go mais il lui reste à affronter le meilleur joueur mondial.

Ce programme informatique est appelé l’AlphaGo et est développé par Google DeepMind. En octobre dernier à Londres, AlphaGo a battu par 5 à 0 Fan Hui, un joueur professionnel chinois installé en France et considéré comme le plus fort d'Europe. "C'est la première fois qu'un joueur de go professionnel perd un tournoi" face à une machine'', a constaté l'Association britannique de go, en saluant "une avancée majeure" de l'intelligence artificielle.

"Les règles sont très simples" mais "il s'agit "probablement du jeu le plus complexe inventé par l'Homme", a souligné Demis Hassabis, co-fondateur et directeur exécutif de DeepMind. "Le nombre de combinaisons possibles est supérieur au nombre d'atomes dans l'Univers", a-t-il assuré.

"Pendant des décennies, les gens ont pensé qu'il y avait quelque chose de mystique dans le jeu de go et que les algorithmes ne seraient pas capables d'atteindre ou de dépasser les performances humaines", a noté David Silver, de Google DeepMind. "Les gens pensaient que c'était tellement intuitif que les ordinateurs n'en seraient pas capables. Nous avons prouvé que cela n'était pas le cas"."A présent, il nous faut démontrer que nous sommes capables de battre le meilleur joueur mondial" de ces dix dernières années, ajoute-t-il.

Le meilleur mondial est sud-coréen et s’appelle Lee Sedol. Il est âgé de 32 ans et classé 9ème dan - le plus haut niveau en go. Le tournoi aura lieu en mars à Séoul. Le vainqueur gagnera 1 million de dollars. Si c'est la machine de DeepMind qui l'emporte, la somme sera reversée à des causes caritatives.

"J'ai entendu dire que le système de DeepMind est étonnamment fort et qu'il ne cesse de se renforcer, mais je suis confiant et pense être en mesure de le battre au moins cette fois-ci", déclare Lee Sedol, dans un communiqué.

"L'ordinateur va peut-être gagner une partie ou deux car Lee Sedol n'a encore joué avec aucun ordinateur de cette trempe mais je doute que la machine parvienne à remporter tout le tournoi", considère Jaeho Yang, Secrétaire général de l'Association coréenne de go.

Pour faire face à la multitude des combinaisons du go, les équipes de DeepMind ont associé des méthodes d'intelligence artificielle avancées avec des réseaux comportant des millions de connexions neuronales.

Ces réseaux neuronaux ont appris 30 millions de mouvements exécutés par des humains. Mais AlphaGo ne se contente pas d'imiter l'homme. Le système a aussi découvert de nouvelles stratégies, en disputant des millions de parties entre ses réseaux neuronaux et en s'améliorant au fil des mois.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG