Liens d'accessibilité

Coup de chaud près du mur des Lamentations pour l'égalité hommes-femmes


Des femmes priant au mur des Lamentations, à Jérusalem, le 21 juin 2009.

Des femmes priant au mur des Lamentations, à Jérusalem, le 21 juin 2009.

Des dizaines de manifestants réclamant les mêmes droits de prière pour les femmes que les hommes au mur des Lamentations à Jérusalem. Des affrontements ont éclaté avec des juifs orthodoxes ayant essayé de leur barrer l'accès du site.

Le mouvement "Les Femmes du mur" se bat depuis des années pour obtenir le droit, actuellement réservé aux hommes, de prier et de lire la Torah collectivement et à voix haute devant le mur des Lamentations et de porter le châle de prière.

Il est soutenu par les mouvements juifs libéraux qui accordent une place égale aux femmes et aux hommes dans les rituels.

Aujourd'hui, les femmes prient individuellement dans un espace qui leur est dédié devant le mur, site le plus sacré où les juifs peuvent prier.

Des dizaines d'entre elles, soutenues par autant de rabbins et de membres de communautés juives non-orthodoxes étrangères, ont marché en direction du mur en portant, dans un geste de défiance, plusieurs rouleaux de la Torah.

Les 200 manifestants se sont heurtés à un groupe d'hommes orthodoxes qui les ont invectivés. Ils ont essayé d'empêcher les femmes d'entrer dans leur espace de prière avec les rouleaux dont ils ont tenté de s'emparer, provoquant une bousculade.

"Deux femmes sont tombées par terre, moi-même j'ai perdu des lunettes" dans la confusion, a raconté l'une des "femmes du mur", Sylvie Rozenbaum.

Pour les orthodoxes, seuls les hommes peuvent porter ces rouleaux qui contiennent une copie manuscrite de l'enseignement divin transmis par Moïse.

Les femmes ont finalement réussi à entrer dans la section avec les rouleaux.

"Tout ce que nous demandons, c'est que les ultra-orthodoxes n'exercent plus un monopole sur le judaïsme et que le gouvernement reconnaisse qu'il n'y a pas qu'une seule manière d'être juif en Israël et à l'étranger", a dit Sylvie Rozenbaum.

Le rabbin du mur, Shmuel Rabinowitz, a dénoncé une "provocation" de la part des "Femmes du mur": Elles ont "blessé la sensibilité de milliers de fidèles, hommes et femmes", et "profané la Torah en la faisant passer de mains en mains comme un vulgaire objet".

"Les Femmes du mur" disent avoir organisé un acte de "désobéissance civile".

Après des années de querelle, le gouvernement avait décidé en janvier 2016 de créer un espace mixte de prière, au sud du mur des Lamentations, dans le prolongement des sections hommes et femmes.

Mais cet espace attend toujours de voir officiellement le jour, à cause de l'opposition des partis ultra-orthodoxes, partenaires de la coalition gouvernementale de Benjamin Netanyahu.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG