Liens d'accessibilité

73 morts en Jamäique depuis l'assaut contre un baron de la drogue


Ces heurts ont été déclenchés suite à l'annonce d’un mandat d'arrêt contre Christopher « Dudus » Coke qui reste introuvable.

Les autorités jamaïcaines ont promis d’enquêter sur le rôle des forces de l'ordre dans les affrontements des derniers jours qui les ont opposés aux gangs à Kingston, en Jamaïque. Bilan: 73 morts. Il s’agit de la plus grave flambée de violences depuis plusieurs années. Le gouvernement a décrété l’Etat d'urgence pour un mois dans cette ville.

Ces heurts ont été déclenchés suite à l'annonce d'un mandat d'arrêt contre le baron de la drogue, Christopher « Dudus » Coke qui reste introuvable. Il est le chef présumé du gang Shower Posse, considéré comme la plus importante organisation de trafic de drogue et d'armes de ce pays.

Après 9 mois de tergiversations et sous la pression de Washington, le Premier ministre jamaïcain Bruce Golding a fini par signer l’acte d’extradition de Christopher « Dudus » Coke vers les Etats-Unis.Le chef du gouvernement est soupçonné d’entretenir des liens étroits avec le criminel.

A Washington, le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley, a salué les « mesures courageuses » adoptées par le gouvernement jamaïcain. « Nous soutenons absolument les efforts du gouvernement jamaïcain pour faire respecter l’Etat de droit et arrêter Christopher Coke », a-t-il déclaré.

Pour Washington, Christopher « Dudus » Coke est l’un des plus dangereux narcotrafiquants. Mais la population défavorisée de la Jamaïque et surtout celle de Tivoli Gardens, son bastion le voit, au contraire, comme un Robin des bois qui cherche à régler ses problèmes…au point de le surnommer « le président ».

« Les barons de la drogue ou « dons » gèrent ce qu’ils appellent une « République », la République de Tivoli. Ils ont un rôle de régulateurs sociaux. C’est eux qui paient l’école à certains enfants, c’est eux qui gèrent les problèmes entre particuliers. Donc ils ont un ascendant sur la population. En même temps ils sont entourés par des gens extrêmement armés et dangereux. Donc il ne faut pas les critiquer. Ce serait un acte suicidaire », a précisé Thibault Ehrengardt, rédacteur en chef de Natty Dread Magazine, une revue basée en France, qui couvre l’actualité socio-culturelle ainsi que l’histoire des gangs en Jamaïque.

A Kingston, la capitale jamäicaine la vie reprend son cours normal après une semaine d'affrontements meurtriers.

XS
SM
MD
LG