Liens d'accessibilité

Jacob Zuma en visite au Nigeria pour apaiser les tensions


Jacob Zuma au Nigeria le 8 mars 2016. (AP Photo)

Jacob Zuma au Nigeria le 8 mars 2016. (AP Photo)

Ni Abuja ni Pretoria n'ont mentionné les tensions récentes entre les deux pays, provoquées notamment par l'amende record infligée par le Nigeria au géant sud-africain des télécommunications MTN.

Le président sud-africain Jacob Zuma est arrivé mardi au Nigeria pour deux jours, une visite perçue par les observateurs comme une tentative de rapprochement entre les deux poids lourds de l'économie africaine sur fond de tensions politico-économiques.

M. Zuma doit faire un discours devant l'Assemblée nationale et participer à une rencontre dans le cadre du forum économique Nigeria-Afrique du Sud, selon Pretoria, qui vante les "bonnes relations bilatérales sur le plan politique, économique et social" et évoque d'éventuelles opportunités commerciales.

Ni Abuja ni Pretoria n'ont mentionné les tensions récentes entre les deux pays, provoquées notamment par l'amende record infligée par le Nigeria au géant sud-africain des télécommunications MTN.

La filiale de MTN au Nigeria a écopé d'une amende de 3,9 milliards de dollars de la part de l'Autorité des communications du Nigeria en octobre 2015 pour ne pas avoir désactivé 5,1 millions de cartes SIM attribuées à des abonnés non identifiés.

MTN, qui a déjà versé 250 millions de dollars et retiré son action en justice contre les autorités nigérianes, tente d'obtenir un arrangement à l'amiable.

L'entreprise sud-africaine a annoncé la semaine dernière une chute de plus de 50% de son bénéfice par action en 2015, en raison notamment d'une provision enregistrée pour faire face à l'amende.

D'autres filiales d'entreprises sud-africaines ont déclaré avoir été stigmatisées au Nigeria depuis cette affaire.

Autre sujet de discorde: l'effondrement de l'immeuble du célèbre pasteur évangéliste nigérian TB Joshua, à Lagos en septembre 2014, qui avait fait 116 victimes parmi ses fidèles, dont 81 Sud-Africains.

Pretoria avait reproché à l'époque aux autorités de ne pas rapatrier les corps assez rapidement.

Côté nigérian, on s'est plaint d'un durcissement des règles pour obtenir des visas pour l'Afrique du Sud.

Et en avril dernier, le haut-commissaire et le consul général nigérians en poste à Pretoria ont été rappelés après des attaques contre les immigrés en Afrique du sud, à propos desquelles le Nigeria s'était dit "profondément inquiet".

M. Zuma est accompagné de ses ministres du Commerce et de l'Industrie, des Affaires étrangères, de la Défense, de l'Intérieur, des Ressources minérales, ainsi que des industriels.

Pour les experts, la présence d'une telle délégation ministérielle peut être vue comme le signe d'une volonté d'aller de l'avant malgré les récents différends, et de signer de nouveaux contrats qui pourraient aider le Nigeria à diversifier son économie, trop dépendante du pétrole.

Le Nigeria est récemment devenu la première puissance économique du continent devant l'Afrique du Sud, à la suite d'un changement du mode de calcul du PIB.

Mais la chute mondiale des cours du pétrole a fait sombrer les recettes de l'Etat et a fortement affaibli la monnaie nationale, le naira, ce qui a entraîné une hausse du coût de la vie.

AFP

XS
SM
MD
LG