Liens d'accessibilité

Côte d’Ivoire : Washington sanctionne Gbagbo, Londres et Ottawa l'ignorent


Laurent et Simone Gbagbo

Laurent et Simone Gbagbo

Le président sortant ivoirien fait face à l'hostilité croissante de la communauté internationale, des Etats-Unis, du Canada et de la Grande-Bretagne notamment

Les Etats Unis ont gelé les avoirs du président ivoirien Laurent Gbagbo, qui refuse jusqu’ici de se retirer pour laisser la place à Alassane Ouattara, reconnu gagnant à la présidentielle de novembre par la communauté internationale.

Le département du trésor dit, dans un communiqué, que le refus de M. Gbagbo d’accepter les résultats officiels a généré une crise en Côte d’Ivoire, où 210 personnes ont été tuées dans des violences postélectorales. Laurent Gbagbo continue de faire preuve de mépris flagrant vis-à-vis de la volonté et du bien être du peuple ivoirien, déplore un officiel du Trésor américain, Adam Szubin.

Les avoirs de l’épouse de M.Gbagbo sont également gelés, ainsi que ceux de trois proches collaborateurs ; à savoir, son ministre des affaires étrangères, Alcide Djedje, celui de l’intérieur, Désiré Tagro, et le président de son parti, Pascal Affi N’Guessan.

La directrice des affaires ouest-africaines au département d’Etat américain, Mary Beth Leonard, a expliqué à Nathalie Barge du service francophone de la Voix de l’Amérique que dans le système américain, les sanctions de ce genre sont individuellement ciblées et le fait d’en avoir cinq sur la liste publiée ce vendredi n’exclut pas qu’il y en ait d’autres.

Par ailleurs, le Canada et la Grande-Bretagne ont rejeté l’expulsion de leurs ambassadeurs par le régime Laurent Gbagbo. Ces deux pays disent ne reconnaître que l’autorité du vainqueur du vainqueur du dernier scrutin présidentiel, M. Alassane Dramane Ouattara.

XS
SM
MD
LG