Liens d'accessibilité

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saisit la justice de la CEDEAO contre cette organisation


Le président sortant Laurent Gbagbo

Le président sortant Laurent Gbagbo

« Nous demandons à la Cour de constater l’illégalité des déclarations, et quand c’est illégal, c’est nul, et quand c’est nul, d’en suspendre tous les effets », a expliqué Me Mohamed Lamine, avocat de Laurent Gbagbo.

Le président sortant ivoirien, Laurent Gbagbo, s’est pourvu devant la cour de justice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il demande à cette juridiction d’annuler les décisions de la CEDEAO sur la crise ivoirienne.

« Nous demandons à la Cour de constater l’illégalité des déclarations, et quand c’est illégal, c’est nul, et quand c’est nul, d’en suspendre tous les effets », a expliqué Me Mohamed Lamine, avocat de Laurent Gbagbo.

Des réfugiés ivoiriens à leur arrivée en Guinée

Des réfugiés ivoiriens à leur arrivée en Guinée

Par ailleurs, la menace d’un recours à la force armée par les dirigeants de la CEDEAO pose problème à l’avocat nigérian Godswill Mrakpor, auteur d’un recours séparé contre la CEDEAO. Il demande à la Cour de justice de la CEDAO d’interdire l’usage de la force par la cette organisation sous-régionale contre la Côte d’Ivoire.

« J’ai un parent vivant en Côte d’Ivoire. Si le gouvernement nigérian ou la CEDEAO décident de recourir à la force contre Laurent Gbagbo, j’ai des amis au sein des forces armées nigérianes; j’ai des frères dans l’armée nigérianes qui seront mobilisés et pourraient perdre leur vie », a déclaré Me Mrakpor, qui dit qu’il a « intérêt à veiller à ce que la paix règne en Côte d’Ivoire », conformément, dit-il, à la Charte africaine.

Des stocks de cacao au port d 'Abidjan

Des stocks de cacao au port d 'Abidjan

Pour le directeur de la communication de la CEDEAO, Sonny Ugoh c’est une perte de temps. « Les preuves dont nous disposons montrent qu’Alassane Ouattara a remporté l’élection présidentielle, et ces preuves ont servi de base à toutes les décisions des chefs d’Etat de la CEDEAO », a-t-il dit.

« Il y a eu une première élection, et les deux parties se sont déclarées satisfaites de son déroulement. Le même scénario a été appliqué au second tour. Par conséquent, je ne vois pas pourquoi quelqu’un peut se réveiller soudain et décider de déplacer les poteaux de buts à la fin du match », dit Sonny Ugoh. Selon lui, les dirigeants de la CEDEAO demeurent fermement convaincus qu’Alassane Ouattara est le président-élu de Côte d’Ivoire.

Les audiences relatives à ces deux dossiers ont été renvoyées après le 10 mars. Dans l’intervalle, les cinq chefs d’Etats désignés par la CEDEAO se retrouveront dimanche pour faire des propositions de solutions à la crise ivoirienne.

XS
SM
MD
LG