Liens d'accessibilité

Issa Hayatou pour le grand huit à la CAF ?


Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football, lors de l'annonce de la Coupe d'Afrique des Nations 2017 au Gabon, le 8 avril 2015

Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football, lors de l'annonce de la Coupe d'Afrique des Nations 2017 au Gabon, le 8 avril 2015

On prend le même et on recommence ? Issa Hayatou brigue à 70 ans un 8e mandat à la tête de la Confédération africaine de football, qu'il dirige depuis 1988. Le méconnu Ahmad Ahmad, président de la Fédération malgache, est le seul à s'opposer à lui, jeudi lors de l'élection à Addis-Abeba.

"Il n'y a que moi qui ose me présenter contre M. Hayatou. J'ai senti un besoin de changement et, si on veut du changement, il n'y a pas d'autre choix que ma candidature", a expliqué à l'AFP le challenger, 57 ans.

Quelles sont ses chances? "Madagascar n'est pas une puissance du football en Afrique et on voit mal un Camerounais (Hayatou) perdre le pouvoir à 2 ans d'une Coupe d'Afrique des nations au Cameroun", avance une source proche de la Fifa, familière des questions africaines, sondée par l'AFP.

Des rumeurs font pourtant état du soutien - non déclaré publiquement - de Gianni Infantino, président de la Fifa, à M. Ahmad. Le patron du foot mondial y verrait un moyen de prendre sa revanche contre Hayatou qui avait soutenu Salman lors de l'élection à la présidence de la Fifa en février 2016.

"Personne en Afrique n'apprécie vraiment le rôle que joue Infantino. En Afrique, on n'aime pas trop qu'un Européen décide qui va voter pour qui", rebondit un connaisseur.

Même son de cloche du côté d'un ancien cadre de la Fifa, également interrogé par l'AFP. "Quelle que soit la raison pour laquelle Infantino a choisi de s'opposer - de façon non officielle - à Hayatou, ce n'est pas très malin. Ce que j'entends, c'est que l'Afrique n'est pas très contente car toutes les promesses d'Infantino ne sont pas tenues".

- l'âge, atout ou handicap ? -

L'âge de M. Ahmad, plus jeune de 13 ans que son rival, ne serait pas non plus un avantage aux yeux du proche de la Fifa, familier des questions africaines: "Les jeunes présidents de fédérations aux dents longues ne vont pas élire un candidat plutôt jeune, ce qui leur retirerait toute chance de briguer la présidence de la CAF avant très longtemps".

"Je veux une transparence de gestion et changer les pratiques obsolètes", insiste pourtant M. Ahmad.

Personnage controversé, soupçonné notamment d'avoir accepté de l'argent en échange d'un soutien au Qatar pour l'obtention du Mondial-2022, Hayatou a toujours rejeté ces accusations. Et n'a jamais été suspendu par la Fifa, dont il a même assuré la présidence par intérim quand Sepp Blatter a été emporté par les affaires et scandales.

- "vieux crocodile" -

"Hayatou est le plus vieux crocodile du monde du foot, et bizarrement, personne n'a jamais pu lui faire du tort en dépit des nombreuses rumeurs de corruption qui l'escortent", décrypte l'ancien cadre de la Fifa.

Mais la réputation d'Ahmad n'est pas non plus sans tache. Son nom a ainsi été cité par le Sunday Times dans l'affaire de corruption qui a entouré l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Selon le journal britannique, il aurait perçu 30.000 à 100.000 dollars en échange de son vote pour le Qatar.

"Ca n'a pas de sens", se défend l'intéressé, assurant "avoir simplement demandé de l'aide financière pour organiser les élections de la fédération malgache".

Alors, Hayatou est-il bien parti pour rester? "Il est serein et son état d'esprit demeure le même. Il a toujours indiqué qu'il est à la tête de la CAF par la volonté de Dieu et celle des associations membres. Et ces volontés prévaudront", a commenté auprès de l'AFP Junior Binyam, porte-parole d'Hayatou à la CAF.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG