Liens d'accessibilité

Netanyahu au Congrès : l’Amérique est la meilleure amie d’Israël, mais pas question de retourner aux frontières de 1967


Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrivant au Congrès

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrivant au Congrès

La paix, a encore dit M. Netanyahu, ne se fera qu’à la table de négociation. Mais son pays se refuse à négocier avec un gouvernement palestinien appuyé par le groupe islamiste Hamas, qu’il a qualifié de « version palestinienne d’Al Qaeda ».

Poursuivant sa visite aux Etats-Unis, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est adressé, mardi, au deux chambres réunies du Congrès américain. M. Netanyahu s’est dit prêt à faire des « compromis douloureux » pour arriver à la paix avec les Palestiniens, mais pas à n’importe quel prix. Israel – a-t-il souligné – ne retournera pas aux frontières d’avant la guerre israélo-arabe de 1967. Il s’agit de frontières « indéfendables », selon lui.

Le président Barack Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Maison-Blanche

Le président Barack Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Maison-Blanche

Le conflit, a poursuivi Benjamin Netanyahu, ne porte pas sur la création d’un état palestinien, mais plutôt sur le fait que les Palestiniens refusent d’accepter l’existence d’un état juif. Israël, a-t-il déclaré, sera « généreux » quant à la taille d’un état palestinien, mais Jérusalem restera la capitale indivisible De l’Etat hébreu.

La paix, a encore dit M. Netanyahu, ne se fera qu’à la table de négociation. Mais son pays se refuse à négocier avec un gouvernement palestinien appuyé par le groupe islamiste Hamas, qu’il a qualifié de « version palestinienne d’Al Qaeda ».

Selon lui, le Moyen Orient en est à un tournant historique, avec des peuples réclamant la liberté à des tyrannies. « Ce que peuple d’Israël veut que les peuples du Moyen-Orient aient, c’est ce que vous avez en Amérique, c’est ce que nous avons en Israël : la démocratie », a déclaré Benjamin Netanyahu, soulignant que son pays est un « exemple de démocratie au Moyen Orient ».

M. Netanyahu s'adressant au groupe de pression pro-israelien AIPAC, à Washington

M. Netanyahu s'adressant au groupe de pression pro-israelien AIPAC, à Washington

Le chef du gouvernement israélien a cependant mis en garde contre un Iran disposant d’armes nucléaires. Le cauchemar d’un terrorisme nucléaire serait un danger mortel à travers le monde, a-t-il averti.

S’adresser aux deuxchambres réunies du Congrès est un insigne honneur aux Etats-Unis. M. Netanyahu en a profité pour mettre l’accent sur les liens solides entre les deux alliés que sont Israël et les Etats-Unis, qualifiant son pays « d’allié résolu » des Etats-Unis. « Israël n’a pas de meilleur ami que l’Amérique et l’Amérique n’a pas de meilleur ami qu’Israël », a-t-il lancé.

Chahuté par quelqu’un dans la salle, Benjamin Netanyahu s’est félicité de l’interruption, disant que c’était-là la preuve de ce qui peut arriver dans une vraie démocratie.
Lundi, M. Netanyahu avait souligné devant AIPAC, un groupe de pression pro-israélien, que son pays ne pouvait pas retourner aux frontières (je cite) « indéfendables » de 1967. La paix ne sera possible, avait-il ajouté, que lorsque les Palestiniens reconnaitront le droit d’Israël d’exister.

Le président Obama, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Archives)

Le président Obama, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Archives)

Le président Obama avait de son côté dit au même groupe, dimanche, qu’Israël devra « faire des choix difficiles », mais nécessaires pour un accord de paix. Entre autres : baser les frontières d’Israël et d’un état palestinien sur celles de 1967, avec des échanges mutuellement acceptables de territoires.

Pendant sa visite aux Etats-Unis, Benjamin Netanyahu s’est entretenu à la Maison Blanche avec le président Obama et le vice-président Joe Biden.

XS
SM
MD
LG