Liens d'accessibilité

Proche-Orient : Israël opposé à une enquête internationale sur le raid contre la flottille humanitaire


Le raid israélien contre la flottille humanitaire

Le raid israélien contre la flottille humanitaire

« Israël est un pays mature, démocratique, à même de conduire sa propre enquête », a déclaré le chef de la diplomatie israélienne dans une interview à la radio nationale.

L’Etat hébreu résiste à la pression internationale après son raid meurtrier de lundi contre une flottille humanitaire en route pour Gaza. Entre temps, des centaines d’activistes pro-palestiniens de la flottille sont retournés en Turquie après leur expulsion par l’Etat hébreu.

Le gouvernement israélien a rejeté la demande des Nations d’une enquête internationale sur le raid, qui a fait 9 morts. « Israël est un pays mature, démocratique, à même de conduire sa propre enquête », a déclaré le chef de la diplomatie israélienne dans une interview à la radio nationale.

Avigdor Lieberman a, toutefois, laissé la porte ouverte à la participation d’observateurs internationaux à l’enquête. Israël n’a rien à cacher, a-t-il assuré.

Marraine officieuse de la flottille humanitaire, la Turquie, qui entretenait jusque là des relations stratégiques avec Israël, a qualifié le raid israélien de « terrorisme d’Etat. » 8 des 9 activistes tués étaient Turcs.

Il est hors de question de présenter des excuses comme l’exige Ankara, a fait savoir le ministre israélien des Affaires étrangères. « La Turquie porte l’entière responsabilité de l’incident pour avoir provoqué Israël en envoyant des activistes armés briser le blocus contre Gaza », a déclaré Avigdor Lieberman en lançant : « Si quelqu’un doit s’excuser, c’est bien la Turquie ! »

Plus de 500 activistes interpelés par l’Etat hébreu à bord de la flottille humanitaire ont regagné la Turquie. Ils ont été accueillis en héros par des manifestants anti-israéliens. Certains ont raconté leur mésaventure aux journalistes.

« 12 ou 13 bateaux nous ont attaqués, de même que quatre hélicoptères, ils ont tout simplement ouvert le feu sur nous ; j’ai entendu le capitaine dire sur la radio que nous n’étions pas armés », rapporte cet activiste turc.

L’un des organisateurs de la flottille en direction de Gaza est la Fondation pour l’aide humanitaire, une ONG turque ayant des racines islamistes. Israël l’accuse d’être liée au terrorisme, ce que rejette l’ONG.

La justice turque recueille des dépositions pour une possible action judiciaire contre Israël. De son côté, le Parlement turc a adopté une motion demandant un passage en revue complet des relations entre la Turquie et l’Etat hébreu.

XS
SM
MD
LG