Liens d'accessibilité

Israël : Netanyahu conditionne la paix avec la Palestine à l’abandon du pacte avec le Hamas


M. Netanyahu s'adressant au groupe de pression pro-israelien AIPAC, à Washington

M. Netanyahu s'adressant au groupe de pression pro-israelien AIPAC, à Washington

Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu a, dans une première interview après sa victoire aux législatives, appelé les dirigeants palestiniens à abandonner le pacte avec le Hamas.

Il a aussi exhorté les dirigeants palestiniens à des négociations sincères de paix avec Israël.

"Si vous voulez la paix, vous devez obtenir des dirigeants palestiniens qu'ils abandonnent leur pacte avec le Hamas et s'engagent dans des négociations sincères avec Israël", a-t-il déclaré dans une interview à NBC, la première accordée à un média américain depuis sa victoire électorale.

"Nous avons besoin de la reconnaissance d'un Etat juif et d'une vraie sécurité afin d'avoir une solution à deux Etats qui soit réaliste", a-t-il ajouté.

Pour obtenir une paix "réalisable", "vous devez avoir de réelles négociations avec des gens engagés pour la paix. Il est temps de voir la pression sur les Palestiniens montrer qu'ils (y) sont engagés aussi", a estimé le dirigeant israélien sortant.

M. Netanyahu avait semblé enterrer le processus de paix, au point mort depuis près d'un an, en excluant la création d'un Etat palestinien au dernier jour de la campagne électorale pour les législatives en Israël.

Les pays occidentaux insistent eux sur une relance du processus de paix en vue d'un accord sur la base de deux Etats,

Saluant du bout des lèvres mercredi la victoire de M. Netanyahu , la Maison Blanche avait réaffiré son soutien à une solution à deux Etats.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a estimé pour sa part jeudi qu'il serait impossible de parvenir à la création d'un Etat palestinien aux côtés d'Israël avec le gouvernement que devrait former prochainement M. Netanyahu.

M. Netanyahu se dit sur NBC aussi "fier" d'être le Premier ministre de tous les Israéliens, juifs ou arabes, après avoir brandi lors de sa campagne le "danger" du vote arabe, suscitant les inquiétudes de la Maison Blanche.

Le jour même du vote, M. Netanyahu avait brandi le spectre d'un déplacement "en masse" des électeurs arabes aux urnes.

VOA/AFP

XS
SM
MD
LG