Liens d'accessibilité

Israël met en garde contre des attaques anti-Juifs en Tunisie


La synagogue El Ghriba, l'un des plus anciens monuments juifs construits en Afrique il y a plus de 2 500 ans, sur l'île touristique de Djerba, au sud de Tunis, le 28 octobre 2015.

La synagogue El Ghriba, l'un des plus anciens monuments juifs construits en Afrique il y a plus de 2 500 ans, sur l'île touristique de Djerba, au sud de Tunis, le 28 octobre 2015.

Israël a diffusé une mise en garde "sérieuse" à ses citoyens leur enjoignant à ne pas se rendre sur l'île tunisienne de Djerba, où des centaines de pèlerins juifs célèbreront la fête de Lag Ba'Omer fin mai.

"Il y a une mise en garde sérieuse pour les voyages en Tunisie (menace très concrète)", a déclaré le bureau du contre-terrorisme dans un communiqué relayé par le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

"Des éléments terroristes, particulièrement ceux affiliés au Jihad mondial, continuent à opérer en Tunisie et à commettre des attaques; il y a donc un haut niveau d'alerte contre les cibles juives", indique le communiqué. "Il est recommandé d'éviter les visites en Tunisie", ajoute-t-il.

L'année dernière, la Tunisie a été touchée par une série d'attaques revendiquées par le groupe Etat islamique (EI), au cours desquelles une cinquantaine de touristes ont été tués.

Les festivités de Lag Ba'Omer à Djerba se sont déroulées sans incident en 2015 malgré un avertissement similaire d'Israël.

Cette année, la fête, au cours de laquelle les pèlerins se rendent sur les tombes de rabbins vénérés, ainsi qu'à la célèbre synagogue El Ghriba à Djerba, doit se dérouler le 25 et le 26 mai.

Une des dernières communautés juives du monde arabe subsiste à Djerba où le nombre de pèlerins a considérablement diminué depuis un attentat suicide revendiqué par Al-Qaeda qui a fait 21 morts en 2002.

Avant cette attaque, Djerba attirait près de 8.000 visiteurs par an, en provenance notamment de France, d'Israël, d'Italie et de Grande-Bretagne.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG