Liens d'accessibilité

Israël interdit aux soldats de s’occuper bénévolement d’enfants de migrants clandestins


Enfants israéliens et palestiniens lors d'un programme de football du Centre Peres pour la Paix, dans le kibboutz de Dorot, le 1er septembre 2014.

Enfants israéliens et palestiniens lors d'un programme de football du Centre Peres pour la Paix, dans le kibboutz de Dorot, le 1er septembre 2014.

Le ministre de la Défense Avigdor Lieberman justifie la directive par le caractère potentiellement controversé de ces actions charitables et le souci de privilégier d'autres publics "dans le besoin."

Les organisations de défense des droits humains et l'opposition de gauche ont dénoncé cette directive comme manquant d'humanité, le quotidien israélien Haaretz allant jusqu'à la qualifier de raciste.

Des unités de l'armée israélienne autorisent leurs soldats à mener auprès des enfants de migrants des initiatives ludiques ou éducatives, par exemple dans les parcs publics du sud de Tel-Aviv où sont concentrés de nombreux immigrés clandestins, majoritairement africains.

Un porte-parole de l'ultranationaliste Lieberman a confirmé les informations de la presse ces derniers jours, selon lesquelles le ministre avait ordonné que ces activités cessent.

M. Lieberman "croit que les activités auxquelles se livrent les soldats doivent être consensuelles et non pas au cœur du débat public", comme l'immigration clandestine, a-t-il dit. Pour le ministre, les soldats doivent aussi suivre "le principe selon lequel charité bien ordonnée commence par soi-même et les siens, et aider les survivants de l'Holocauste, les gens dans le besoin, les personnes âgées".

Nava Boker, députée du Likoud, le parti de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré que "la vocation des soldats est de défendre les habitants du pays". Aider les enfants de clandestins qui cherchent à "s'infiltrer" est "absurde", a-t-elle dit.

Le maire travailliste de Tel-Aviv, Ron Huldai, a répliqué sur la radio militaire qu'on ne pouvait "en aucun cas ignorer le sort d'enfants qui vivent parmi nous". Egalement dans l'opposition, l'ex-ministre travailliste de la Défense Amir Peretz a suggéré à son successeur de "lire quelques petites choses sur la manière dont la tradition juive nous enjoint de traiter les étrangers".

Pour le Haaretz, M. Lieberman a "atteint un nouveau record en matière de racisme, d'abomination morale et de cruauté".

Selon l'ONU, Israël abrite quelque 50.000 réfugiés et demandeurs d'asile. La grande majorité d'entre eux, d'origines érythréenne et soudanaise, sont entrés illégalement via le Sinaï égyptien.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG