Liens d'accessibilité

Israël et l'Iran réagissent bien différemment à l'accord cadre sur le nucléaire iranien


Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de son discours du 1er avril 2015.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de son discours du 1er avril 2015.

Israël a vivement réagi après l’annonce d’une entente préliminaire entre Téhéran et les grandes puissances. Le Premier ministre israélien a réclamé que la reconnaissance de son pays par l’Iran soit comprise dans l’accord final.

"Israël exige que tout accord final avec l'Iran inclue une reconnaissance iranienne claire et sans ambiguïté du droit à l'existence d'Israël", a dit le Premier ministre cité dans un communiqué de ses services.

M. Netanyahu a par ailleurs affirmé la nécessité d'accroître la pression sur l'Iran pour obtenir un meilleur compromis. Les responsables israéliens affirment depuis des mois que l'accord-cadre actuel n’est pas bon

"Certains disent que la seule alternative à cet accord, c'est la guerre", a dit M. Netanyahu, "ce n'est pas vrai. Il y a une troisième possibilité: rester ferme, accroître la pression sur l'Iran jusqu'à ce qu'on parvienne à un bon accord".

Dans l’autre camp, a Téhéran, le président iranien Hassan Rohani a lui estimé qu’un accord nucléaire global pourrait ouvrir "une nouvelle page" dans les relations entre l'Iran et la communauté internationale

Lors de son discours télévisé, M. Rohan a déclaré que son pays aspirait à mettre fin à des tensions et des hostilités avec certains pays

Le président Rohani a aussi défendu une nouvelle fois son équipe de négociateurs, critiquée par certains responsables conservateurs pour avoir fait trop de concessions aux Occidentaux.

XS
SM
MD
LG