Liens d'accessibilité

Israël entame la démolition des maisons de Palestiniens auteurs d'attentats à Jérusalem


Israël a entamé mardi les démolitions des maisons des familles de Palestiniens auteurs d'attaques à Jérusalem, après que Benjamin Netanyahu a donné carte blanche à ses forces pour durcir la répression dans un contexte de violences à travers la Cisjordanie et Jérusalem-Est occupées.

Mardi, l'armée israélienne a démoli les maisons des familles de deux Palestiniens ayant mené des attentats l'an dernier.

Un journaliste de l'AFP a constaté la démolition de la maison de Ghassan Abou Jamal dans le quartier de Jabal Moukabber sur les hauteurs de Jérusalem-Est. En novembre dernier, avec son cousin Oudaï Abou Jamal dont la maison est accolée à celle de Jamal, il avaient tué cinq personnes dans une synagogue de Jérusalem-Ouest.

Les deux cousins palestiniens avaient été abattus sur le champ et la démolition des maisons de leur famille avaient été ordonnées.

Toujours dans le quartier de Jabal Moukabber, l'armée israélienne a annoncé avoir également détruit la maison de la famille de Mohammed Jaabis, accusé par Israël d'avoir commis en août 2014 une attaque à la pelleteuse contre un bus à Jérusalem et abattu sur-le-champ également.

En outre, selon un communiqué de l'armée, les forces de sécurité ont scellé une pièce de la maison de la famille de Moataz Hijazi dans le quartier d'al-Thori à Jérusalem-Est. Ce Palestinien avait tiré il y a près d'un an sur Yehuda Glick, une des figures de proue des juifs militant pour le droit des juifs à prier sur l'esplanade des Mosquées. M. Glick a réchappé à cette tentative d'assassinat.

Le lendemain, M. Hijazi avait été abattu à son domicile et un ordre de démolition de la maison de sa famille avait été délivré.

Ces destructions interviennent sur fond de violences à travers la Cisjordanie et Jérusalem-Est occupées et alors que le Premier ministre israélien Netanyahu a assuré lundi soir qu'il n'y aurait "aucune limite" dans le "combat à mort contre le terrorisme palestinien".

Il a notamment invoqué des incursions sans précédent selon lui des forces de sécurité dans les quartiers palestiniens de Jérusalem, les renforts de centaines de soldats en Cisjordanie et de milliers de policiers à Jérusalem ainsi que la démolition prochaine des maisons d'auteurs d'attentats ou de leurs familles.

La Cisjordanie et Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem occupée et annexée par Israël, sont agitées depuis plusieurs jours par des troubles rappelant les intifadas meurtrières de 1987 et 2000.

AvecAFP

XS
SM
MD
LG