Liens d'accessibilité

Benjamin Netanyahu presse ses ministres à la retenue après la victoire de Donald Trump


Le premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry, Jerusalem le 10 juillet 2016.

Le premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry, Jerusalem le 10 juillet 2016.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé dimanche ses ministres à la retenue sur la victoire électorale de Donald Trump à la suite de déclarations selon lesquelles un Etat palestinien n'était désormais plus d'actualité.

M. Netanyahu a fait preuve d'une certaine prudence après la victoire surprise du candidat républicain aux élections présidentielles américaines du 8 novembre en se contentant de le féliciter et de l'assurer de son intention de travailler avec lui.

Mais des ministres et députés de l'aile dure de la majorité ont profité du succès de M. Trump pour appeler à renoncer à la solution de deux Etats, israélien et palestinien, qui a servi de base à des négociations pendant des années.

Le ministre de l'Education et chef du Foyer juif --un parti nationaliste religieux fervent partisan de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens-- Naftali Bennetta ainsi proclamé la semaine dernière que "l'époque d'un Etat palestinien (était) révolue".

Lors du conseil des ministres, M. Netanyahu a pour sa part affirmé que "le président élu Donald Trump et moi avons décidé de nous rencontrer bientôt pour discuter de toutes les questions importantes à l'ordre du jour entre les Etats-Unis et Israël".

"Je demande à tous les ministres, vice-ministres et parlementaires de permettre à l'administration (américaine) qui se met en place de formuler avec nous sa politique vis-à-vis d'Israël et de la région en utilisant des canaux convenus et calmes et non pas par des interviews et des déclarations", a ajouté le Premier ministre.

Israël s'inquiète de la possibilité que le président Barack Obama puisse promouvoir, avant son départ du pouvoir le 20 janvier, une résolution à l'ONU sur le conflit avec les Palestiniens à laquelle s'oppose l'Etat hébreu.

L'administration américaine actuelle a durci ses critiques contre la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-est annexée.

Israël et les Etats-Unis ont signé en septembre un accord prévoyant que l'aide militaire américaine allait être portée à 38 milliards de dollars pour la période 2019-2018 contre 30 milliards pour la décennie précédente.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG