Liens d'accessibilité

L’Iran rejette l’avertissement des États-Unis concernant le détroit d’Hormuz


L’Iran rejette l’avertissement des États-Unis concernant le détroit d’Hormuz

L’Iran rejette l’avertissement des États-Unis concernant le détroit d’Hormuz

Téhéran avait menacé, plus tôt cette semaine, de bloquer l’accès au Golfe persique si l’occident lui impose des sanctions visant ses exportations pétrolières.

L’Iran a rejeté un avertissement des États-Unis contre tout blocage des cargaisons de pétrole passant par le détroit d’Hormuz, alors que la guerre des mots se poursuit entre les deux pays.

Selon l’agence iranienne Fars (semi-officielle), le commandant de la Garde Révolutionnaire Hossein Salami a déclaré que l’Iran est en mesure de poursuivre ses « propres stratégies défensives ».

Téhéran avait menacé, plus tôt cette semaine, de bloquer l’accès au Golfe persique si l’occident lui impose des sanctions visant ses exportations pétrolières. D’autres sanctions sont déjà en place contre l’Iran à cause de son programme nucléaire dont la nature prête à controverse.

Mohammad Reza Rahimi

Mohammad Reza Rahimi

Plus d’un tiers des cargaisons maritimes mondiales de pétrole traversent le détroit d’Hormuz et la fermeture de ce passage stratégique affecterait, temporairement et en partie l’approvisionnement en pétrole. Autant dire que l’impact se ferait aussi sentir au niveau du prix de l’or noir.

Le Pentagone a fait savoir que les États-Unis ne toléreraient aucune interférence de l’Iran dans l’utilisation du détroit d’Hormuz. Mardi, le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi avait affirmé qu’en cas d’une interdiction de l’exportation du pétrole iranien, « pas une goutte de pétrole ne passerait à travers le détroit d’Hormuz ».

XS
SM
MD
LG