Liens d'accessibilité

Un joueur de foot suspendu pour conduite "non-conventionnelle" en Iran


Archives - opposition entre les équipes de l'Iran et de l'Inde.

Archives - opposition entre les équipes de l'Iran et de l'Inde.

Parmi les reproches faits à Makani, 29 ans, figurent "ses tenues vestimentaires non-conventionnelles et inappropriées", a estimé le comité. Sur un cliché posté sur les réseaux sociaux, le footballeur est habillé d'un pantalon jaune à pois noirs et d'une paire de chaussures multicolores.

Le footballeur iranien Sosha Makani a été suspendu de jeu pendant six mois pour conduite "non-conventionnelle", a rapporté mercredi l'agence de presse Isna.

Le comité de "moralité" de la Fédération iranienne de football a passé en revue différents aspects de la conduite de cet ancien gardien de Persepolis (sud), selon l'Isna. Actuellement titulaire d'aucun poste en Iran, Makani ne pourra l'être le temps de sa supension. L'agence précise qu'il peut néanmoins faire appel de cette décision.

Parmi les reproches faits à Makani, 29 ans, figurent "ses tenues vestimentaires non-conventionnelles et inappropriées", a estimé le comité. Sur un cliché posté sur les réseaux sociaux, le footballeur est habillé d'un pantalon jaune à pois noirs et d'une paire de chaussures multicolores.

En janvier, Makani avait été arrêté et brièvement emprisonné à Téhéran pour avoir diffusé des photos de lui en train de danser avec une jeune femme non voilée en l'étreignant. Une autre photo le montrait habillé d'un bermuda clair, d'un blazer foncé et d'un noeud papillon accompagné de la même femme - sa fiancée, selon lui - affublée décolleté plongeant.

Depuis la révolution islamique de 1979 en Iran, les femmes doivent être voilées, les hommes n'ont pas le droit de porter un short ou un bermuda en public et il leur est interdit de danser ensemble.

Un autre joueur de football, Mehrdad Oladi, est mort à 30 ans en avril à la suite d'une surconsommation de drogue et d'alcool, également interdits en Iran, selon le porte-parole de l'autorité judiciaire du pays, Gholam Hossein Mohseni-Ejeie.

Ces derniers mois, plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées dans tout le pays - et parfois fouettées - pour avoir participé à des fêtes mixtes où se trouvaient des femmes non voilées et où de l'alcool était servi.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG