Liens d'accessibilité

Iran : "grâce" conditionnelle pour le fils d'un ancien dignitaire condamné


Le grand ayatollah Ahmad Montazeri assis lors d’une réunion de prière d’Eid al-Fitr à Qom, Iran, 1er octobre 2008.

Le grand ayatollah Ahmad Montazeri assis lors d’une réunion de prière d’Eid al-Fitr à Qom, Iran, 1er octobre 2008.

Le fils de l'ayatollah Montazeri, haut dignitaire du régime iranien dans les années 1980, condamné à six ans de prison pour "action contre la sécurité nationale", a été "grâcié" sous condition et libéré, a rapporté samedi l'agence Mizanonline qui dépend de l'autorité judiciaire.

Un responsable du tribunal du clergé de la ville sainte de Qom (nord), a affirmé qu'Ahmad Montazeri, lui-même un religieux, a bénéficié d'une "grâce" conditionnelle sur intervention du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, après s'être "engagé" à ne pas "mener d'action contre le régime" de la République islamique.

En cas de non respect de cet engagement, il devra retourner en prison purger sa peine.

M. Montazeri avait été condamné par une cour d'appel à six ans de prison pour "action contre le régime et pour mensonge contre le fondateur de la République islamique" l'imam Khomeiny, avait affirmé il y a dix jours Mizanonline en rapportant son arrestation.

Dans un premier temps, le tribunal du clergé, chargé de juger les religieux, l'avait condamné à 21 ans de prison.

Montazeri fils avait rendu public en août 2016 des enregistrements de 40 minutes dans lesquels, son père, l'ayatollah Hossein Ali Montazeri, dénonçait les exécutions de milliers de Moujahidine du peuple ordonnées en 1988 par le père de la révolution islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeiny, peu avant sa mort.

Cette prise de position avait coûté en 1988 sa place à l'ayatollah Montazeri qui était le successeur désigné de l'imam Khomeiny mort en 1989.

Le nombre exact de ces exécutions n'a jamais été précisé.

L'Organisation des Moujahidine du peuple iranien a été fondée en 1965 avec pour objectif de renverser le régime du Chah, puis le régime islamique. Dans les années 1980, elle est chassée d'Iran, les Moujahidine du peuple étant considérés comme des "traîtres" pour avoir commis de nombreux attentats après la révolution islamique de 1979 et soutenu le régime irakien de Saddam Hussein pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988).

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG