Liens d'accessibilité

La coalition internationale mieux préparée pour reprendre Mossoul que Raqa


Une image tirée d'une vidéo publiée par la branche médiatique de l'Et

Une image tirée d'une vidéo publiée par la branche médiatique de l'Et

Mossoul, la deuxième ville d'Irak, et Raqa, la capitale auto-proclamée du groupe Etat islamique, sont les deux grands objectifs prioritaires de la coalition internationale contre les jihadistes dirigée par les Etats-Unis.

"Le plan pour libérer Raqa n'est pas aussi développé que le plan pour libérer Mossoul", a déclaré dans un point presse retransmis par vidéoconférence le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition qui s'exprimait depuis Bagdad.

En Irak, la coalition peut s'appuyer sur l'armée irakienne pour planifier la reconquête de Mossoul, a-t-il expliqué.

"En Syrie, nous n'avons pas cela", a souligné le colonel Warren.

La coalition s'appuie sur le terrain sur les Forces démocratiques syriennes, dominées par les milices kurdes, qui constituent selon lui "essentiellement une armée irrégulière".

"Nous travaillons avec les responsables que nous avons identifiés dans les FDS pour essayer de développer un plan" de reconquête de Raqa. "On en est aux débuts" de ces préparatifs, a-t-il dit.

Les effectifs des FDS varient mais sont autour de quelques "dizaines de milliers" d'hommes, dont "environ 5.000" dans la composante arabe, la coalition arabe syrienne, selon Steve Warren.

Les jihadistes ont essuyé des revers sur plusieurs fronts en Syrie ces dernières semaines. L'armée syrienne, appuyée par son allié russe, a repris fin mars la ville de Palmyre.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les jihadistes viennent aussi de perdre leur "principal" point de passage avec la Turquie, le village d'Al-Raï dans la province d'Alep, au profit de factions rebelles et islamistes.

Le groupe ultra-radical a perdu au profit des rebelles au moins 18 villages qu'il tenait depuis deux ans dans la province d'Alep.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG