Liens d'accessibilité

Irak : plus de 30.000 nouveaux déplacés, l'ONU "très préoccupée"


Un migrant venant d'Irak pousse le fauteuil roulant de sa fille handicapée de 8 ans pour arriver à la frontière grecque d'Idomeni, mardi 1er Mars 2016. (AP Photo/Petros Giannakouris)

Un migrant venant d'Irak pousse le fauteuil roulant de sa fille handicapée de 8 ans pour arriver à la frontière grecque d'Idomeni, mardi 1er Mars 2016. (AP Photo/Petros Giannakouris)

L'ONU a indiqué être "très préoccupée" par le sort d'environ 35.000 personnes ayant fui leur domicile dans la région de Hit, à l'ouest de Bagdad, où les forces irakiennes ont lancé une offensive contre le groupe Etat islamique.

"Nous sommes préoccupés par le fait que certaines de ces familles qui ont pris la fuite se trouvent dans des zones très proches de la ligne de front", a déclaré la coordinatrice humanitaire de l'ONU en Irak, Lise Grande, dans un communiqué.

Selon l'ONU, des organisations humanitaires fournissent de l'eau, de la nourriture et des kits d'hygiène aux personnes déplacées mais certaines zones affectées sont difficiles d'accès.

Après avoir repris fin décembre aux jihadistes Ramadi, la capitale de la province sunnite d'Al-Anbar (ouest), les forces irakiennes tentent maintenant de remonter la vallée de l'Euphrate vers Hit.

"Les cliniques mobiles ont effectué 1.300 consultations rien que sur leurs deux premiers jours", a souligné Mme Grande, insistant sur l'urgence de la situation.

Selon les Nations unies, 53.000 personnes avaient déjà été déplacées dans la province d'Al-Anbar cette année avant la dernière vague de migration dans la région de Hit.

L'Organisation internationale pour les migrations a indiqué que 44% des 3,3 millions de déplacées en Irak depuis 2014 étaient originaires de cette vaste province occidentale.

"C'est un défi pour le gouvernement irakien" de prendre en charge ces personnes qui doivent être hébergées, nourries et protégées, a déclaré mercredi le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition menée par les Etats-Unis qui lutte depuis l'été 2014 contre l'EI en Irak et en Syrie.

Les forces de la coalition "font ce qu'elles peuvent" pour aider le gouvernement irakien, de même que des organisations humanitaires internationales, a-t-il ajouté.

Le département d'Etat américain a affirmé lundi que de plus en plus de combattants de l'EI faisaient défection.

Par ailleurs, l'EI a publié jeudi des photos montrant l'exécution de six personnes accusées d'"espionnage" pour le compte du gouvernement irakien dans la ville de Fallouja, à 50 km à l'ouest de Bagdad.

Dans un communiqué de l'organisation extrémiste publié sur les réseaux sociaux, les victimes apparaissent revêtues de combinaisons orange.

Fallouja, l'un des derniers grands bastions jihadiste en Irak avec Mossoul, est presque complètement encerclée par les forces progouvernementales, accentuant la pression sur l'EI.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG