Liens d'accessibilité

Irak : plus de 250 frappes de la coalition pour appuyer la reprise de Sinjar


Des combattants peshmergas kurdes célèbrent la reprise de de Sinjar, nord de l'Irak, 13 novembre 2015.

Des combattants peshmergas kurdes célèbrent la reprise de de Sinjar, nord de l'Irak, 13 novembre 2015.

Le porte-parole de la coalition internationale menée par les Etats-Unis indique qu’au moins 200 combattants été combattants ennemis au cours des derniers jours.

Selon lui, la coalition internationale menée a effectué plus de 250 frappes aériennes pour appuyer l'offensive des forces kurdes irakiennes visant à reprendre la ville irakienne Sinjar au groupe Etat islamique (EI).

"La coalition a mené plus de 250 frappes aériennes" en appui de l'opération militaire, a déclaré le colonel Steve Warren, porte-parole des opérations internationales contre l'EI, lors d'une conférence de presse.

L'offensive pour reprendre Sinjar, une cité du nord de l'Irak proche de la frontière syrienne, a été menée par les peshmergas (combattants kurdes) avec l'appui des combattants de la minorité yazidie.

Cette opération coupe ainsi l'autoroute 47, l'une des principales routes de communication et de réapprovisionnement des jihadistes entre l'Irak et la Syrie.

Le président de la région autonome du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, annoncé la "libération de Sinjar" lors d'une conférence de presse près de la ville reconquise.

Lors de son offensive en août 2014 sur Sinjar, l'EI avait massacré de nombreux yazidis et poussé à la fuite des dizaines de milliers d'entre eux.

Des centaines de femmes yazidies avaient été vendues aux jihadistes ou réduites à l'état d'esclave sexuelle, selon Amnesty International. L'ONU avait dénoncé "une tentative de génocide".

L'aide aux Yazidis, une minorité religieuse considérée comme hérétique par l'EI, était l'une des principales justifications de Washington pour lancer une campagne aérienne contre les jihadistes l'année dernière.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG