Liens d'accessibilité

L'avertissement d'Amnesty International en Irak


L'aide apportée par l'Irak aux habitants forcés de quitter leur foyer en raison des combats est terriblement insuffisante, a déploré Amnesty International mettant en garde contre une catastrophe si le nombre de déplacés venait à croître.

"La réponse des autorités irakiennes au problème des déplacés est terriblement insuffisante et le monde a aussi largement ignoré la situation de ces personnes", a souligné l'ONG.

Les autorités irakiennes ainsi que les ONG et la communauté internationale ont été très critiquées en juin pour avoir échoué à fournir une aide de base aux dizaines de milliers de personnes déplacées par les combats opposant les forces gouvernementales aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI) à Fallouja, une ville située à 50 kilomètres de la capitale Bagdad.

Des responsables d'organisations humanitaires craignent un nouveau désastre alors que les forces irakiennes veulent lancer une offensive pour reprendre à l'EI Mossoul, deuxième ville du pays, bien plus peuplée que Fallouja.

"Si l'aide humanitaire n'est pas financée, planifiée et mise en oeuvre de manière adéquate, l'afflux potentiel de centaines de milliers de déplacés fuyant les combats et les horribles exactions de l'EI (...) (aura) des conséquences dévastatrices", a estimé Donatella Rovera, conseillère d'Amnesty International pour les situations de crise.

Environ 600.000 personnes pourraient être forcées de quitter leur foyer au cours d'une bataille pour reprendre Mossoul, selon des estimations données par des sources militaires et humanitaires.

Des centaines de milliers de civils avaient déjà été déplacés quand les jihadistes avaient pris le contrôle de Mossoul en juin 2014. La plupart avaient fui vers le Kurdistan irakien, une région voisine de la province de Ninive dont Mossoul est le chef-lieu.

Mme Rovera a regretté que l'Occident ait été plus intéressé à financer des opérations militaires contre l'EI plutôt que de soutenir les efforts des humanitaires pour la population civile.

"Les grandes puissances doivent de manière urgente augmenter leur contribution financière pour l'aide humanitaire aux civils déplacés, d'autant que nombre d'entre eux ont dû fuir en raison des opérations militaires soutenues par la communauté internationale", a-t-elle déclaré.

Environ 3,4 millions de personnes ont été déplacées en Irak depuis 2014 quand l'EI est montée en puissance. Au total, 10 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire.

Selon les Nations unies, le plan conçu pour apporter une réponse humanitaire à cette crise n'a été financé qu'à hauteur de 37%.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG