Liens d'accessibilité

L'Irak déploie des milliers de soldats pour reprendre Mossoul


Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, à Ramadi, 115 kilometers à l'ouest de Bagdad, après sa reprise par ses forces de sécurité, le 29 décembre 2015.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, à Ramadi, 115 kilometers à l'ouest de Bagdad, après sa reprise par ses forces de sécurité, le 29 décembre 2015.

L'armée irakienne déploie des milliers d'hommes sur une base du nord de l'Irak en vue de lancer des opérations pour reconquérir Mossoul, la deuxième ville du pays, aux mains du groupe djihadiste Etat islamique (EI), ont indiqué lundi des responsables.

"Des unités de l'armée irakienne ont commencé à arriver sur la base militaire située près de la localité de Makhmur afin de lancer les premières opérations en direction de Mossoul", a déclaré à l'AFP un général de brigade sous le couvert de l'anonymat.

L'EI contrôle depuis juin 2014 Mossoul, sa capitale de facto en Irak, mais le groupe ultraradical a subi plusieurs revers militaires en 2015 face aux forces de sécurité irakiennes soutenues par les frappes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis.

"Pour l'heure, trois brigades sont positionnées sur la base" qui pourrait accueillir à l'avenir 4.500 soldats, a ajouté le responsable.

Makhmur est situé à environ 70 km au sud-est de Mossoul.

Ces préparatifs interviennent plusieurs semaines après la reprise par l'armée irakienne de Ramadi, chef-lieu de la grande province occidentale d'Al-Anbar.

La reconquête de Mossoul s'annonce elle plus difficile au regard de la taille de la ville et du nombre de civils encore présents.

Pour l'armée irakienne, le premier objectif est de couper les routes d'approvisionnement de l'EI entre Mossoul et des zones plus au sud, comme celles de Hawijah dans la province de Kirkouk ou de Baiji dans la province de Salaheddine, a précisé le général de brigade.

Les forces de sécurité irakiennes avaient lentement isolé les villes de Ramadi ou de Tikrit contrôlées par l'EI avant de donner l'assaut final. Isoler Mossoul demandera probablement plus de temps.

Le commandant des forces américaines dans cette région, le général Sean MacFarland, a récemment déclaré que des généraux irakiens n'envisageaient pas la reprise de Mossoul avant la fin 2016, voire début 2017.

Selon un responsable kurde, la majorité des soldats de l'armée irakienne déployés à Makhmur sont d'origine kurde. La zone est située dans une région sous contrôle du Kurdistan autonome.

"Ces forces ont été déployées avec l'accord du président et du gouvernement de la région du Kurdistan irakien", a affirmé Halgurd Hekmat, un porte-parole des forces kurdes. D'après lui, la base accueillera à la fois des soldats et des avions militaires.

La coordination entre Bagdad et Erbil, capitale du Kurdistan, sur ce déploiement a été confirmée par le député kurde Chakhwane Abdallah.

"L'installation de cette base coûte 10 millions de dollars", a-t-il ajouté, précisant que la base reviendrait aux forces kurdes après la reprise de Mossoul.

Le ministre irakien de la Défense, Khaled al-Obaidi, a visité la base samedi et ordonné que toutes les mesures soient prises pour accélérer l'achèvement du site, selon le ministère.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG