Liens d'accessibilité

L'Irak comptabilise plus de 200 morts dans l'attentat revendiqué par l'État islamique à Bagdad


Des membres de la famille d'une victime de l'attentat porte le cercueil de leur mort à Najaf, dans le sud de Bagdad, Irak, le 3 juillet 2016.

Des membres de la famille d'une victime de l'attentat porte le cercueil de leur mort à Najaf, dans le sud de Bagdad, Irak, le 3 juillet 2016.

Au moins 213 personnes ont été tuées dans l'attentat suicide à la voiture piégée revendiqué dimanche par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) à Bagdad selon un nouveau bilan.

Cet attentat est le plus meurtrier à frapper la capitale irakienne depuis un an et l'un des pires jamais perpétré en Irak.

Un kamikaze du groupe extrémiste sunnite avait fait exploser sa voiture piégée en pleine nuit de samedi à dimanche dans une rue bondée du quartier commerçant de Karrada, faisant également plus de 200 blessés, selon des responsables de la sécurité.

L'énorme déflagration a provoqué des incendies dans plusieurs immeubles et échoppes. Les rues du quartier étaient jonchées de décombres et la recherche puis l'identification des victimes pourraient être très longues.

Cet attentat met en lumière l'incapacité du pouvoir irakien à instaurer des mesures de sécurité efficaces à Bagdad.

Le Premier ministre Haider Al-Abadi, qui a annoncé un deuil national de trois jours, a promis dimanche de "punir" les responsables.

Malgré ses revers militaires sur le terrain face aux troupes gouvernementales, l'EI parvient à commettre des attentats très meurtriers au coeur même de la capitale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG