Liens d'accessibilité

Intensification des combats au Darfour


Tentatives de négociations pour mettre fin aux violences qui affectent encore le Darfour

Tentatives de négociations pour mettre fin aux violences qui affectent encore le Darfour

Les combats se sont intensifiés ces derniers mois dans la région du Darfour, au Soudan. Des centaines de personnes ont été tuées lors d'affrontements entre communautés arabes rivales.

Selon les observateurs, le gouvernement semble perdre le contrôle des milices qu’il avait lui-même armées dans le passé pour faire la guerre aux groupes rebelles.

La Mission de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) précise que quelques 300.000 personnes ont été déplacées par cette nouvelle vague de luttes tribales. Des villages ont été incendiés, des marchés fermés et des civils blessés.

Depuis 2003, le Darfour a servi de champ de bataille entre les forces gouvernementales et les milices rebelles, un conflit de Khartoum a exacerbé en armant des tribus arabes alliées au régime du président Omar Hassan el-Béchir.

Abdullah Adam Khatir, un écrivain et analyste au Darfour, a déclaré à la Voix de l'Amérique (VOA) que la violence actuelle est une conséquence directe de la politique du gouvernement. Les tribus arabes pointent l’une vers l’autre ces armes qui leur avaient été livrées, explique-t-il. La majorité des combats découlerait des conflits sur les ressources naturelles de la région, y compris le bétail et les pâturages dans l'Est du Darfour, l'or dans le Nord et la gomme arabique dans le Sud.

Khartoum a envoyé des délégués pour soutenir les efforts locaux de médiation visant à trouver une solution pacifique aux conflits.

Selon le journal Soudan Tribune, le gouverneur de l'Etat du Darfour Nord avait négocié une trêve entre les membres des tribus Maaliya et Rezeigat. Mais dans le passé, les cessez-le-feu n'ont pas tenu, et il n'est pas encore clair si un tel accord pourrait également pacifier l'Est du Darfour, théâtre des combats les plus récents.
XS
SM
MD
LG