Liens d'accessibilité

Insécurité et logistique justifient le report des élections en Centrafrique selon l'ONU


Des électeurs votent lors du référendum constitutionnel, Bangui, 14 décembre 2015.

Des électeurs votent lors du référendum constitutionnel, Bangui, 14 décembre 2015.

L'ONU estime qu'il ne s'agit pas d'un revers pour la transition politique dans ce pays.

Les autorités centrafricaines ont proposé jeudi de reporter au 30 décembre le premier tour des élections présidentielle et législatives prévu ce dimanche.

Selon Julius Rufin Ngouade-Baba, le porte-parole de l'Autorité Nationale des élections (ANE), ce report devrait permettre de regler "quelques difficultés techniques".

Ces scrutins doivent clore trois ans de violences inter-communautaires qui ont plongé la RCA dans une crise sans précédent.

"Je ne dirais pas qu'il s'agit d'un revers" pour le processus de transition, a estimé le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric. "Etant donné la situation de sécurité très délicate dans le pays, il est important que ces élections se tiennent dans les meilleures conditions possibles".

Il a aussi invoqué "la nécessité de traiter des problèmes logistiques et de compléter la formation des agents électoraux". "La mission (de l'ONU, Minusca) va continuer à aider à distribuer les bulletins de vote et à soutenir les forces" de sécurité de RCA, a-t-il souligné.

Tous les bulletins de vote pour les deux scrutins présidentiel et législatif sont arrivés à Bangui mercredi et la Minusca "va les distribuer progressivement dans les provinces", a-t-il expliqué.

Il a souligné que le report avait été décidé par les autorités électorales de RCA. "C'est leur processus, ce sont leurs élections et nous sommes là pour les soutenir", a-t-il ajouté

XS
SM
MD
LG