Liens d'accessibilité

Inquiétude des marchés concernant la dette américaine


Inquiétude des marchés concernant la dette américaine

Inquiétude des marchés concernant la dette américaine

L’agence de notation financière Standard & Poors a placé la cote de crédit des États-Unis sous surveillance avec implications négatives, alors que le bras de fer entre les républicains et démocrates se poursuit au sujet du relèvement du plafond de la dette.

Pour justifier sa décision, Standard & Poors a évoqué notamment ses inquiétudes quant à la reprise de l’économie, les déficits du gouvernement et la dette, et surtout le fait que la classe politique américaine pourrait être incapable de s’accorder sur les moyens de maîtriser le déficit budgétaire, et de relever le plafond de la dette.

Si Standard & Poors a maintenu la notation sur la dette souveraine des États-Unis à long et court terme à AAA, elle a abaissé sa perspective à long terme de « stable » à « négative ».

Pour l’instant, Washington n’a pas à redouter de devoir payer des taux d’intérêt plus élevés sur sa dette, chiffrée à plus de 14 000 milliards de dollars, ou pour financer son déficit annuel de quelques 1 500 milliards de dollars. Mais la décision de Standard & Poors est un avertissement que la situation pourrait changer.

Le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, se dit néanmoins confiant. Il pense que le Congrès comprend la gravité de la situation. « Le Congrès va relever le plafond de la dette. Les dirigeants du Congrès reconnaissent que l’Amérique doit respecter ses obligations » a estimé Timothy Geithner, qui s’exprimait sur la chaîne de télévision ABC.

Toujours selon le secrétaire au Trésor, à l’occasion d’une rencontre la semaine dernière à la Maison-Blanche, les leaders parlementaires ont assuré au président Barack Obama qu’ils agiraient en ce qui concerne la dette.

Néanmoins, les républicains, qui contrôlent actuellement la Chambre des représentants, posent leurs conditions.Ils souhaitent, entre autre, que la Maison-Blanche et les démocrates concluent un accord avec eux sur les réductions budgétaires.

« Personne ne veut jouer avec la notation financière du pays. Personne ne veut voir les Etats-Unis en défaut de paiement. Mais nous pensons également qu’il est important de maîtriser les emprunts à l’avenir, alors même que l’on s’occupe de relever le plafond de la dette », a déclaré Paul Ryan, président républicain de la commission budgétaire de la Chambre des représentants.

Sur la chaîne Fox, le sénateur républicain Tom Coburn de l’Oklahoma a été encore plus franc : « J’ai besoin d’être absolument sûr que nous avons opéré les changements critiques nécessaires pour remettre le pays dans le droit chemin. »

Les démocrates estiment que faire dépendre le relèvement du plafond de la dette des négociations sur le budget pourrait provoquer une crise ruineuse, qui mènerait les Etats-Unis à la catastrophe économique. La position des républicains, a estimé le démocrate Chris Van Hollen, revient à jouer à la roulette russe.

XS
SM
MD
LG