Liens d'accessibilité

Info VOA : la CENI va introduire un recours pour organiser les élections après 2016 en RDC


Siège de la CENI à Kinshasa (photo du 7 novembre 2011)

Siège de la CENI à Kinshasa (photo du 7 novembre 2011)

Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale nationale intendante de la RDC a, dans une interview à VOA Afrique, indiqué aller introduire une requête à la Cour constitutionnelle en vue d’une petite extension pour que les élections soient tenues au-delà de 2016.

"Une petite extension… qui ne sera pas éternelle mais limitée dans le temps en tenant compte des exigences", a précisé Corneille Nangaa, président de la CENI depuis octobre 2015.

"Aujourd'hui ce sont des contraintes techniques qui ne permettent pas à la CENI d'organiser les élections avec fin 2016", a-t-il affirmé, rappelant que la RDC a déjà connu une extension pour des craintes techniques en 2006.

"Nous sommes encore en train de travailler sur le fichier. Avant de publier le calendrier, il faudra d'abord que nous soyons couverts par la Cour constitutionnelle. Une requête sera le cas échéant introduite auprès de la Cour pour demander cette extension" du calendrier électoral, affirme M. Nangaa.

Le président de la CENI évoque la nécessité de réviser le fichier électoral comme préalable à la tenue des élections.

Aussi, appelle-t-il à des concertations. Car, soutient-il, "si l’on veut organiser la présidentielle dans le délai constitutionnel, il faudrait renoncer à la révision du fichier électoral.

Ce qui, selon M. Nangaa, signifierait que l’on accepte que ces élections soient organisées sans 10 à 12 millions de jeunes qui ont nouvellement atteint l’âge de voter et "avec plus ou moins 2 millions de morts dont les noms sont sur la liste".

M. Nangaa est contestée par la composante religieuse de la société civile d’où il est issu. L’église catholique affirme n’avoir pas été associée à sa désignation. Des dissensions existent au sujet au sein des églises de réveil dont il est membre.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG