Liens d'accessibilité

Au moins 21 rebelles maoïstes tués par les forces de sécurité en Inde


Des rebelles maoïstes indiens escortant leur otage, un policier kidnappé, le 22 octobre 2009.

Des rebelles maoïstes indiens escortant leur otage, un policier kidnappé, le 22 octobre 2009.

Au moins 21 rebelles maoïstes ont été tués par les forces de sécurité indiennes dans l'est du pays, l'un des plus meurtriers épisodes de ce conflit cette année, a indiqué lundi un responsable policier.

Depuis un demi-siècle, la guérilla maoïste, repliée dans un "corridor rouge" de forêts du centre de l'Inde, combat par les armes la conception du développement de New Delhi.

Un groupe de 30 à 40 maoïstes s'était réuni dans une jungle à cheval entre les Etats orientaux de l'Andhra Pradesh et de l'Odisha, où la police leur a tendu une embuscade.

"Maintenant 21 corps de maoïstes ont été récupérés. L'opération de recherche continue", a déclaré à l'AFP C.K. Dharua, sous-inspecteur du district de Malkangiri dans l'Odisha, joint par téléphone.

Il avait précédemment fait état d'un premier bilan de 18 morts.

Ce "bilan est susceptible de monter car il y avait un certain nombre de personnes à cette réunion", a prévenu M. Dharua.

Un haut responsable de l'insurrection maoïste et son fils pourraient faire partie des morts, selon l'agence Press Trust of India qui cite des sources anonymes de la police.

Dix commandos paramilitaires avaient été tués en juillet dans l'Etat du Bihar (est) au cours d'un traquenard attribué aux maoïstes. Une série de bombes artisanales avaient été déclenchées au passage de leur convoi.

En mars, sept policiers avaient trouvé la mort dans l'explosion d'une mine dans l'Etat du Chhattisgarh (centre).

Les maoïstes indiens disent combattre le pouvoir central pour obtenir des emplois, des terrains et le renforcement des droits des minorités tribales pauvres.

Au moins 7.000 personnes ont perdu la vie dans ce conflit entre 2005 et 2016, selon le site spécialisé South Asia Terrorism Portal.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG