Liens d'accessibilité

Incertitudes concernant l'accord politique au Yémen


Des rebelles Houthis autour du palais présidentiel à Sanaa (AP)

Des rebelles Houthis autour du palais présidentiel à Sanaa (AP)

Un calme précaire régne à Sanaa. L’aéroport et le port d’Aden ont repris leurs activités, suspendues mercredi pour protester contre l’offensive des Houthis contre l’administration Hadi.

Selon des témoins oculaires, les rebelles Houthis campent toujours autour de la résidence du président yéménite à Sanaa, un jour après l’accord intervenu entre les deux parties pour mettre fin à l’impasse politique dans la capitale.

L'accord stipulait le retrait autour des résidences du président Abd Rabbo Mansour Hadi et de son Premier ministre, ainsi que la libération du chef de cabinet du président, Ahmed Awad ben Moubarak, enlevé samedi. Ce jeudi, il restait aux mains des rebelles.

Selon le texte de l'accord, diffusé par l'agence de presse officielle Saba, les miliciens d’Ansaruallah pourront modifier le projet constitutionnel préliminaire. La commission chargée de le rédiger avait proposé la création d'une fédération de six régions, ce qu'avaient rejeté les Houthis. L'accord proposé mercredi soir prévoit que le Yémen devienne une fédération, même si le nombre de régions n'a pas été précisé. Les Houthis, tout comme les membres d’un autre groupe séparatiste, al-Hirak, auront le droit d'être nommés dans les institutions de l'État.

Jeudi, un calme précaire régnait à Sanaa. L’aéroport et le port d’Aden ont repris leurs activités, suspendues mercredi pour protester contre l’offensive des Houthis contre l’administration Hadi.

XS
SM
MD
LG