Liens d'accessibilité

Imprimer de nouveaux billets est une "folie" pour l'opposition zimbabwéenne


Le Zimbabwe va imprimer des billets indexés sur le cours du dollar américain.

Le Zimbabwe va imprimer des billets indexés sur le cours du dollar américain.

L'opposition zimbabwéenne a condamné la décision du gouvernement d'imprimer des billets indexés sur le cours du dollar américain pour pallier le manque de liquidités, qualifiant cette initiative de "folie" et pointant le risque d'un retour de l'hyperinflation.

"L'impression de ces billets d'obligation va sonner le glas de notre économie", a estimé le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), le principal parti d'opposition, dans un communiqué.

"Les Zimbabwéens ont déjà emprunté ce chemin par le passé. Ils n'ont pas oublié les jours sombres où ils étaient de pauvres multimilliardaires", ajoute le texte.

Depuis 2009, le Zimbabwe n'a plus de devise nationale. Le dollar zimbabwéen a été abandonné car il était devenu inutilisable à cause d'une inflation folle, de l'ordre de plusieurs milliards de pourcent en 2008. Selon des économistes, pour payer ses courses, il fallait se déplacer avec des sacs, voire des brouettes de billets.

Mais une récente pénurie de devises étrangères a poussé John Mangudya, le gouverneur de la banque centrale du Zimbabwe, à prendre de nouvelles mesures le 4 mai.

Il a notamment décidé de limiter les retraits quotidiens à 1.000 dollars (870 euros) ou 20.000 rands sud-africains et a annoncé l'impression de billets d'obligations, à parité avec le dollar américain.

"Le MDC prépare une réponse forte à cette folie et le parti se réserve le droit de mobiliser le peuple contre cette décision mal avisée qui n'est certainement pas motivée par une logique économique", précise le communiqué.

Malgré les apparences, le gouverneur de la banque centrale du Zimbabwe a affirmé qu'il ne s'agissait pas d'une réintroduction de la devise nationale.

Ces billets d'obligation qui sont actuellement au stade de la conception pourront être utilisés pour faire des achats au Zimbabwe. Ils seront financés à hauteur de 200 millions de dollars par la banque panafricaine Afreximbank (Africa Export-Import Bank).

Selon des économistes, la pénurie de devises étrangères est notamment due au déficit de la balance commerciale du Zimbabwe au premier trimestre 2016 (-323 millions de dollars).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG