Liens d'accessibilité

Taux de chômage record des jeunes dans le monde


Dans les pays développés, les journaux proposent des rubriques "offres d'emplois".

Dans les pays développés, les journaux proposent des rubriques "offres d'emplois".

C’est dans les pays développés que le chômage est le plus important, et dans les pays d’Europe centrale et du sud Est non inclus dans l’Union Européenne

Au début de l’année internationale de la jeunesse, qui a débuté le 12 août, un nouveau rapport du Bureau International du Travail démontre que le chômage de cette couche de la population a atteint un niverau record.

Le BIT dit que 81 millions de jeunes entre 15 et 24 ans étaient sans travail fin 2009, et ce chiffre a de grandes chances d’augmenter au cours de cette année. Jusqu’en 2007, les perspectives d’emploi pour la jeunesse étaient plutôt favorables, et les chiffres du chômage présentaient une progression régulière. Sur une période de dix ans avant la crise économique actuelle, on comptait environ 200 mille jeunes chômeurs supplémentaires par ans, contre une augmentation de 6 millions 700 mille en 2009.

L’Organisation Internationale du Travail met en garde sur une tendance qui verrait de plus en plus de jeunes dans le monde rejoindre le rang de ce que l’on appelle « la génération perdue » au fur et à mesures qu’ils s’ajoutent à ceux qui sont déjà sans emploi, et en dehors du marché du travail. Selon l’économiste Sara Elder, ayant participé à l’élaboration du rapport, c’est dans les pays développés que le chômage est le plus important, et dans les pays d’Europe centrale et du sud Est non inclus dans l’Union Européenne. Le chômage des jeunes a augmenté de 45 pour cent dans les économies développées, alors que ces derniers ne représentent que dix pour cent du potentielle de la jeunesse susceptible de travailler dans le monde.

Le BIT montre également que le sous-emploi et la pauvreté sont les plus gros problèmes dans les pays en voie de développement, où est concentré environ 90 pour cent de la jeunesse mondiale. Un autre co-auteur du rapport, Steven Kapsos, rappelle que les gouvernements de ces pays ne garantissent pas d’allocation chômage aux jeunes sans emploi. Ce qui veut dire que ces derniers n’ont pas le choix, ils doivent trouver un travail, et c’est pourquoi la plupart d’entre eux se retrouvent dans l’économie informelle.

«Ce sont des jeunes qui travaillent très dur, mais occupant des emplois à faible rendement », souligne l’économiste, disant qu’ils continuent donc de vivre dans l’extrême pauvreté. Le BIT a estimé à 122 millions, le nombre de jeunes travailleurs pauvres en 2008, vivant avec moins de 1 dollars 25 par jour. Ce qui équivaut à 28 pour cent de la jeunesse employée dans le monde entier.

L’Organisation Internationale du Travail prévoit cependant une légère amélioration pour la plupart des régions l’année prochaine. Excepté au Proche Orient et en Afrique du Nord, où l’on redoute un accroissement du taux de chômage.

A lire aussi

XS
SM
MD
LG