Liens d'accessibilité

Idriss Déby promet de ne jamais reculer devant Boko Haram


Le président Idriss Déby Itno

Le président Idriss Déby Itno

Le président tchadien a promis vendredi qu'il ne "reculerait jamais" devant les islamistes nigérians de Boko Haram, dans une première réaction à l'attentat-suicide qui a fait au moins 15 morts le 11 juillet au marché central de N'Djamena.

"Nous ne reculerons jamais devant Boko Haram; Boko Haram finira par disparaître un jour de lui-même", a assuré le chef de l'État, qui a engagé son armée dans la guerre contre les islamistes nigérians, dans un message à l'occasion des festivités marquant la fin du mois de jeûne du ramadan.

"Les attentats successifs ont causé des dizaines de morts, des centaines des blessés et 105 d'entre eux resteront handicapés toute leur vie", a rappelé M. Déby.

Avant l'attentat du 11 juillet, Boko Haram avait revendiqué une double attaque ayant fait 38 morts mi-juin à N'Djamena, la première du genre dans la capitale.

Dans la foulée, pour renforcer la sécurité, le gouvernement avait interdit sur tout le territoire le port du voile islamique intégral, régulièrement utilisé par Boko Haram pour dissimuler des explosifs lors d'attenants-suicide.

"Les mesures prises par le gouvernement doivent être appliquées, j'insiste sur le port de la burqa (nom donné en Afrique centrale au voile islamique intégral, ndlr). Ça ne fait pas partie ni de notre société, ni de notre religion, ni de notre tradition", a marqué le président: "là dessus, je suis intraitable: les mesures doivent être appliquées dans toute leur rigueur".

Qualifiant une nouvelle fois les membres de Boko Haram de "drogués, de fous et d'illuminés", il a affirmé que "ces tueurs ont derrière eux des gens qui les financent, les entraînent et les équipent", sans autres précisions sur ces soutiens.

Confronté également aux attaques des islamistes, le Cameroun a aussi interdit le port du voile intégral dans la région de l'Extrême-Nord, frontalière des fiefs nigérians des islamistes et du Tchad.

Face à la recrudescence des attentats en Afrique centrale, le Gabon - épargné par les violences - a également décidé mardi d'intensifier les contrôles des femmes portant le voile.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG