Liens d'accessibilité

L’ONUCI publie son rapport


Forces ivoiriennes de défense et de sécurité

Forces ivoiriennes de défense et de sécurité

Treize personnes, tous de sexe masculin, dont deux mineurs et un bébé Trei trouvé la mort. 76 civils dont 3 femmes et 14 mineurs ont été bllessés.

La mission des Nations-Unies en Côte d’Ivoire a rendu jeudi les conclusions de son enquête spéciale sur les violations des droits de l’homme liées aux manifestations violentes survenus en février 2010, à la suite de la dissolution du gouvernent et de la Commission électorale indépendante.

Le chef de la Division des droits de l’homme de l’ONUCI, Simon Munzu a déclaré au micro de la Voix de l’Amérique, qu’à cette occasion treize personnes, tous de sexe masculin, dont deux mineurs et un bébé ont trouvé la mort. 76 civils dont 3 femmes et 14 mineurs ont été blessés. Parmi les blessés il y avait 18 agents des frocces de l’ordre. 8 personnes de nationalité étrangère ont été victimes d’exécution sommaire, de mauvais traitement ou d’arrestations arbitraires. Au moins 95 personnes, dont une femme ont été arrêtées, détenues et éventuellement poursuivies. Le chef de la Division des droits de l’homme de l’ONU a également noté des atteintes à la propriété.

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire avait rencontré, mercredi 24 août 2010 à son siège à Sébroko, le corps diplomatique accrédité en Côte d’Ivoire afin de lui présenter le résultat de son enquête spéciale sur les violations des droits de l’homme liées aux événements survenus en février 2010.

Lors de la rencontre, le chef de la Division des Droits de l’homme de l’ONUCI, Simon Munzu, a présenté les grandes lignes des résultats de l’enquête contenues dans un rapport qui sera publié le jeudi 26 août. Ce rapport, a-t-il indiqué, révèle des violations graves des droits de l’homme, caractérisées par « un usage disproportionné de la force par les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), des exécutions sommaires, extrajudiciaires et des atteintes à l’intégrité physique ayant entrainé la mort, des violences physiques, des actes d’intimidation, d’arrestation et de détention arbitraires ainsi que des actes de violence et des abus commis par des manifestants ».

« L’observation des droits de l’homme est une mission de l’ONUCI », a rappelé le Représentant special adjoint du Secrétaire général de l’ONU, M. Ndolamb Ngokwey, qui présidait la rencontre. « L’enquête a été réalisée par les 9 bureaux régionaux de la DDH et porte une attention particulière à la situation des femmes et des enfants », a ajouté M. Ngokwey.

Les membres du corps diplomatique accrédités en Côte d’Ivoire ainsi que les responsables des agences, fonds et programmes du système des Nations Unies en Côte d’Ivoire ont salué la qualité du travail effectué par l’ONUCI et commenté les recommandations. « Ce rapport viendra éclairer ces évènements de février déplorés par la Communauté internationale», a commenté le Doyen du corps diplomatique en Côte d’Ivoire, Mgr Ambroise Madtha.

XS
SM
MD
LG