Liens d'accessibilité

Mali: IBK et les accords d'Alger


Le président-élu Ibrahim Boubacar Keita (28 juillet 2013)

Le président-élu Ibrahim Boubacar Keita (28 juillet 2013)

La signature des accords d’Alger avait consacré la rupture du futur chef d'Etat malien avec le président d'alors, Amadou Toumani Touré.

Au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta est le vainqueur du second tour avec plus de 77% des voix.

Le prochain président, selon les accords de Ouagadougou, doit entamer dans les deux mois des négociations avec les groupes armés Touareg. Mais Ibrahim Boubacar Keïta a toujours affiché la constance sur la manière de résoudre les crises récurrentes dans le nord du Mali. La signature des accords d’Alger avait consacré sa rupture avec le président Amadou Toumani Touré.

Pourquoi Ibrahim Boubacar Keita s’est toujours démarqué des accords d’Alger ? Ecoutez un malien consultant à la Banque Mondiale à Washington.


Par ailleurs, l’association « Appel pour le Mali » dirigée par le jeune Adama Coulibaly n’est pas d’accord avec le grade de général de corps d’armée attribué à Amadou Aya Sanogo.

Pour Adama Coulibay, l’ancien chef de la junte doit refuser de porter ces galons dits de la honte.

Human Rights Watch aussi dénonce cette promotion de Sanogo du grade de cCapitaine à celui de général.

XS
SM
MD
LG