Liens d'accessibilité

Hyper Cacher : arrestation d'un Français soupçonné d'avoir fourni les armes


Des fleurs et des messages en hommage aux victimes des attaques de janvier de l'an dernier en face du supermarché casher Hyper Cacher à la Porte de Vincennes à Paris, France, le 6 janvier 2016. (REUTERS/Charles Platiau)

Des fleurs et des messages en hommage aux victimes des attaques de janvier de l'an dernier en face du supermarché casher Hyper Cacher à la Porte de Vincennes à Paris, France, le 6 janvier 2016. (REUTERS/Charles Platiau)

Un Français soupçonné d'avoir fourni les armes dont s'est servi l'auteur de l'attaque meurtrière contre un supermarché cacher de Paris en janvier 2015, a été arrêté et inculpé en Espagne.

Antoine Denevi a été inculpé mercredi par un juge de l'Audience nationale, juridiction spécialisée dans les affaires de terrorisme, pour trafic d'armes et appartenance à une organisation criminelle, avant d'être placé en détention provisoire, a-t-on appris de source judiciaire.

Il a nié avoir vendu ces armes à des jihadistes et accepté sa remise à la France.

L'homme âgé de 27 ans et originaire du Pas-de-Calais (nord de la France) était recherché par la France qui avait émis un mandat d'arrêt international le visant.

Il a été interpellé dans la petite localité de Rincon de la Victoria de la province de Malaga au cours d'une opération menée par des policiers espagnols et des agents de la police judiciaire française, selon un communiqué de la police espagnole.

Antoine Denevi avait été "identifié comme le responsable d'un réseau de trafic d'armes qui a approvisionné le terroriste français Amédy Coulibaly, auteur des attentats du 8 et du 9 janvier à Paris", selon la police.

Coulibaly était l'un des complices des frères Kouachi, auteurs de l'attaque menée à Paris contre le siège de l'hebdomadaire Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.

Le 9 janvier, Amédy Coulibaly, qui avait tué une policière municipale la veille, a abattu quatre personnes et pris une vingtaine d'autres parisiens en otages dans un supermarché cacher, avant de périr dans un assaut des forces de l'ordre.

L'enquête menée sous la direction du Tribunal de grande instance de Lille (nord) a déterminé qu'Antoine Denevi avait quitté la France quelques semaines après les attentats de janvier 2015 et s'était "planqué" dans la région de Malaga, d'où il poursuivait des activités illicites, en utilisant de faux-papiers, selon la police espagnole.

La police précise en outre qu'il était en lien avec des hommes d'origine serbe qui auraient pu faciliter son approvisionnement en armes et en munitions.

Lors de son interpellation la police a trouvé les faux-papiers dont il se servait, un passeport européen au nom d'une autre personne, et du matériel informatique faisant l'objet d'expertises. Deux autres personnes, de nationalité serbe et du Montenegro ont aussi été interpellées.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG