Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le trafic d’êtres humains continue d’être un problème


La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton prenant part à une réunion du groupe de travail inter-agences mis sur pied par le président Obama et chargé du dossier du trafic d'êtres humains

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton prenant part à une réunion du groupe de travail inter-agences mis sur pied par le président Obama et chargé du dossier du trafic d'êtres humains

Dans certains cas, les femmes sont enlevées, mais dans d’autres, elles sont maintenues en esclaves sexuelles sous la menace de représailles contre les membres de leurs familles, explique l’avocate Lori Cohen, qui soutient la mise en œuvre de lois contre les clients des prostituées.

Les estimations du département d’Etat chiffrent à environ 17 000 le nombre de personnes - essentiellement des femmes et des enfants - transportées chaque année de l’étranger vers les Etats-Unis dans le cadre du trafic international d’êtres humains.

Un nombre plus grand encore d’Américaines sont victimes de ce trafic sans avoir quitté leur lieu de naissance, explique Lori Cohen, avocate au Centre pour les femmes victimes de violences. « En fait, ni dans la définition fédérale du trafic, ni dans celle de l’Etat il n’est fait mention de transport. Ici, à New York, vous n’avez pas à franchir la frontière d’un Etat, vous n’avez même pas à quitter votre propre quartier », a-t-elle dit.

La police américaine a traité plus de 650 cas et opéré 300 arrestations l'année dernière en rapport avec le trafic d'êtres humains

La police américaine a traité plus de 650 cas et opéré 300 arrestations l'année dernière en rapport avec le trafic d'êtres humains

Une autre idée reçue veut que le trafic d’êtres humains implique nécessairement l’enlèvement ou la force brutale. Les jeunes filles en difficulté, ici aux Etats-Unis ou à l’étranger, sont souvent approchées par des gens qui semblent aimables, qui écoutent leurs problèmes et les attirent par des promesses d’une vie meilleure, explique Rita Abadi, une des responsables du Programme Mont Sinai d’invention contre les violences sexuelles.

« En réalité, ce que cet individu fait est de prendre connaissance de la vie de la victime, de sa famille, de ses amis. Et ce sont ces informations qui vont être utilisées très bientôt comme moyen de contrôle de ces filles », a souligné Mme Abadi. Pauvres, isolées et désespérées, les victimes se laissent facilement persuader, a-t-elle déploré.

Une audience au Congrès américain sur le trafic d'êtres humains en Chine

Une audience au Congrès américain sur le trafic d'êtres humains en Chine

Sheila White, une jeune femme de Queens, a pu échapper à son souteneur et prodigue maintenant des conseils à d’autres femmes. Elle raconte avoir quitté le domicile familiale, où sa mère, régulièrement battue par son père, s’était réfugiée dans l’alcool. Placée en adoption, White a été violée et, après une tentative de suicide, avait été placée dans une institution pour malades mentaux. A 15 ans, elle ne se doutait pas que le pire l’attendait.

« J’ai été présentée à cet homme, et pour la première fois, j’avais l’impression que quelqu’un m’écoutait. Il a écouté tous mes problèmes et était très attentionné. J’ai cru qu’il allait devenir mon petit ami », a-t-elle dit.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton visitant un centre pour jeunes filles victimes du trafic d'êtres humains à Siem Reap, au Cambodge (Archives)

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton visitant un centre pour jeunes filles victimes du trafic d'êtres humains à Siem Reap, au Cambodge (Archives)

Sans logement, ni quelqu’un d’autre à qui parler, White dit qu’elle s’est laissée convaincre par l’homme de s’adonner à la prostitution. Avec le temps, elle a pu lui échapper pour maintenant conseiller d’autres jeunes victimes de trafic.

Dans certains cas, les femmes sont enlevées, mais dans d’autres, elles sont maintenues en esclaves sexuelles sous la menace de représailles contre les membres de leurs familles, explique l’avocate Lori Cohen, qui soutient la mise en œuvre de lois contre les clients des prostituées. Sans clientèle, raisonne-t-elle, il y aurait moins de femmes victimes.

XS
SM
MD
LG