Liens d'accessibilité

Guinée : Human Rights Watch appelle à « rompre avec les exactions et l'impunité »


La dernière présidentielle guinéenne avait suscité beaucoup d'espoir

La dernière présidentielle guinéenne avait suscité beaucoup d'espoir

Les présidents guinéens Ahmed Sékou Touré, Lansana Conté et le putschiste Moussa Dadis Camara ont utilisé les forces de sécurité pour intimider et réprimer l'opposition dans la violence, indique HRW dans un rapport publié mardi.

L’arrivée au pouvoir du président guinéen Alpha Condé, en décembre dernier, a suscité de grands espoirs de changements. Après plus d’un demi-siècle de régimes autoritaires, les Guinéens ont pu voter librement pour élire l'opposant historique, qui a « hérité d'un secteur de la sécurité », marqué notamment par « l'indiscipline », relève Human Rights Watch dans son dernier rapport sur la Guinée.

L’ONG de défense de droits de l’Homme Human Rights Watch appelle la Guinée à « rompre avec les exactions et l'impunité » qui ont marqué les régimes successifs depuis l'indépendance en 58.

Les présidents guinéens Ahmed Sékou Touré, Lansana Conté et le putschiste Moussa Dadis Camara ont utilisé les forces de sécurité pour intimider et réprimer l'opposition dans la violence, indique HRW dans un rapport publié mardi.

Hormis les violations des droits humains les plus connues, HRW appelle les autorités guinéennes à documenter également des atrocités moins connues.

XS
SM
MD
LG