Liens d'accessibilité

Human Rights Watch : Le M23 commet des crimes de guerre


Des rebelles du M23 lors d'une conférence de presse de Jean-Marie Runiga à Bunagana, dans la province du Nord-Kivu

Des rebelles du M23 lors d'une conférence de presse de Jean-Marie Runiga à Bunagana, dans la province du Nord-Kivu

L’organisation de défense des droits de l’homme, basée à New York, accuse « les rebelles du M23 qui sévissent dans l’est de la République démocratique du Congo (d’être) responsables de crimes de guerre commis à grande échelle, y compris des exécutions sommaires, des viols et des recrutements de force. Trente-trois des personnes exécutées étaient des jeunes hommes et des garçons qui avaient tenté de quitter les rangs des rebelles. »

Possibilité de poursuite de responsables rwandais pour complicité

Certaines autorités rwandaises pourraient être considérées comme complices de crimes de guerre en raison de l’appui militaire continu qu’elles apportent aux forces du M23, a ajouté Human Rights Watch. Selon cette ONG, l’armée rwandaise a déployé ses troupes dans l’Est de la RD Congo pour appuyer directement les rebelles du M23 dans des opérations militaires.

Human Rights Watch a basé ses affirmations sur des entretiens, menés de mai à septembre, avec 190 personnes : des victimes congolaises et rwandaises, des membres des familles de victimes, des témoins, des autorités locales, ainsi que des combattants et anciens combattants du M23. http://www.hrw.org/fr/drc

Le M23 : Nous rejetons ce rapport en bloc

Dans sa réaction au rapport de Human Rights Watch, Vianney Kazarama, porte-parole du M23, s’est inscrit en faux contre les accusations de l’Ong.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG