Liens d'accessibilité

HRW s’insurge contre les tueries de « Pygmées » lors de raids menés par des Lubas


De jeunes pygmées (AP)

De jeunes pygmées (AP)

L’administration Kabila devrait prendre des mesures pour combattre l’origine des violences entre Luba et Batwa dans le nord du Katanga, déclare l'organisation dans un communiqué.

Les meurtres et le déplacement généralisés de civils par des milices ethniques dans le nord du Katanga, au sud-est de la République démocratique du Congo (RDC), montrent la nécessité pour le gouvernement de protéger les civils de toute urgence.

C’est ce qu’affirme l’ONG de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW). L’administration Kabila devrait prendre des mesures pour combattre l’origine des violences dans la région, dit-elle dans un communiqué.

Human Rights Watch explique avoir mené des entretiens auprès de survivants de l’un des pires incidents récents, le 30 avril 2015, lorsque des combattants appartenant à l’ethnie Luba ont attaqué un camp de personnes déplacées près de la ville de Nyunzu. Les assaillants ont réduit le camp en cendres et massacré au moins 30 hommes, femmes et enfants appartenant à la communauté Batwa, dite « Pygmée ».

Des dizaines d’autres personnes sont toujours portées disparues, note l’ONG.

« Les luttes interethniques dans le nord du Katanga ont un coût terriblement élevé pour les civils », a déclaré Ida Sawyer, chercheuse sur l’Afrique à Human Rights Watch.

Les combats à grande échelle entre les membres de l’ethnie Luba et Batwa durent depuis 2013. Selon les Nations Unies (Onu), ils ont coûté la vie à des centaines de civils, des dizaines de villages ont été incendiés et des dizaines de milliers de personnes déplacées.

XS
SM
MD
LG