Liens d'accessibilité

HRW qualifie les violences commises par le groupe Boko Haram de crimes contre l'humanité


Les habitants de Kano dans le nord du Nigéria redoutent à la fois le Boko Haram et la police

Les habitants de Kano dans le nord du Nigéria redoutent à la fois le Boko Haram et la police

Les meurtres et persécutions systématiques dont la milice islamiste Boko Haram se rend responsable dans le nord du Nigeria, s’apparentent à des crimes contre l'humanité, a déclaré jeudi Human Rights Watch.

Dans un nouveau rapport, l’ONG de défense des droits humains souligne que les forces de sécurité gouvernementales sont également responsables de nombreux abus, y compris des exécutions extrajudiciaires.

Joint à Paris, Jean-Marie Fardeau, directeur de Human Rights Watch France (HRW), a évoqué les témoignages recueillis par l’ONG auprès de nombreux témoins oculaires. HRW estime que les attaques du Boko Haram contre les civils, les chrétiens dans les églises, les leaders musulmans, les fonctionnaires, les policiers – des attaques soigneusement planifiées, systématiques et de nature horrible – reviennent à des crimes contre l’humanité, a dit M. Fardeau.

HRW qui a fondé son enquête sur 135 interviews, dénonce également la réponse « extrêmement violente » des forces de l’ordre, qui revient parfois également à des crimes contre l’humanité, a ajouté M. Fardeau.
XS
SM
MD
LG