Liens d'accessibilité

Le président français et Trump convenus de "clarifier les positions"


Donald Trump élu président des Etats-Unis, 9 novembre 2016.

Donald Trump élu président des Etats-Unis, 9 novembre 2016.

Le président français François Hollande et le président élu américain Donald Trump ont évoqué vendredi lors d'un premier entretien téléphonique les sujets communs sur lesquels ils sont "convenus de travailler pour clarifier les positions", a annoncé l'Elysée.

Lors de cet entretien de moins de dix minutes, ils ont affirmé leur "volonté de travailler ensemble" et ont "évoqué les sujets communs sur lesquels ils sont convenus de travailler pour clarifier les positions : la lutte contre le terrorisme, l'Ukraine, la Syrie, l'Irak et l'accord de Paris" sur le climat, selon l'entourage du président français.

Ils ont également "rappelé l'histoire et les valeurs que les deux pays ont en commun, les relations d'amitié entre la France et les Etats-Unis", a-t-on ajouté de même source, précisant que l'entretien s'est déroulé "dans de bonnes conditions".

"Donald Trump vient d'être élu, mon devoir c'est de faire que nous ayons des relations, les meilleures, mais sur la base de la franchise et de la clarté", a expliqué François Hollande vendredi avant leur entretien téléphonique.

Le chef de l'Etat français, qui ne cachait pas sa préférence pour la démocrate Hillary Clinton, avait réagi mercredi à l'élection du milliardaire populiste en évoquant l'ouverture d'une "période d'incertitude".

Dans une lettre de félicitations adressée à Donald Trump mercredi, M. Hollande lui avait proposé d'"engager sans tarder des échanges", appelant le magnat de l'immobilier à "prendre conscience des inquiétudes qui sont provoquées par les désordres du monde".

Pendant la campagne électorale américaine, le président français avait dénoncé plusieurs fois les "excès" du candidat républicain.

"Les excès finissent par créer un sentiment de haut-le-coeur, aux Etats-Unis même, surtout quand on s'en prend, en l'occurrence Donald Trump, à un soldat", avait-il déclaré en août après des attaques du candidat républicain contre le père d'un capitaine américain, Humayun Khan, mort en Irak en 2004 en tentant de sauver ses hommes.

Quelques jours auparavant, il avait répliqué à Donald Trump que "la France sera toujours la France" après des propos de l'Américain selon lequel ce pays n'était plus lui-même après l'attentat de Nice et le meurtre d'un prêtre. François Hollande avait ajouté : "C'est quand on s'abaisse qu'on ne se ressemble plus. Ca peut arriver à d'autres, outre-Atlantique".

La chancelière allemande Angela Merkel a de son côté "félicité" Donald Trump jeudi au téléphone et lui a donné rendez-vous, "au plus tard", pour le sommet du G20 qu'elle accueillera en juillet 2017 à Hambourg (nord), a déclaré vendredi son porte-parole Georg Streiter.

Mme Merkel, qui dirige l'Allemagne depuis onze ans mais n'a pas encore fait connaître ses intentions à moins d'un an des législatives, a rappelé au président élu que l'Allemagne et les Etats-Unis étaient "liés par des valeurs communes", a poursuivi M. Streiter.

Réagissant mercredi à la victoire du milliardaire, Mme Merkel lui avait proposé une "coopération étroite" à la condition qu'elle soit "fondée" sur ces valeurs communes, parmi lesquelles "le respect du droit, de la dignité de l'homme indépendamment de sa couleur de peau, de sa religion, de son sexe, de son orientation sexuelle ou de ses convictions politiques".

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG