Liens d'accessibilité

Hollande et Merkel à Moscou en quête d'un accord


 Vladimir Poutine (au c.), flanqué d'Angela Merkel (à g.) et de Francois Hollande

Vladimir Poutine (au c.), flanqué d'Angela Merkel (à g.) et de Francois Hollande

Les deux leaders cherchent à « défendre la paix », a dit Angela Merkel, et font tout leur possible pour mettre fin « au bain de sang » dans l’Est de l’Ukraine.

Après Kiev, le président français François Hollande et la chancellière allemande Angela Merkel sont arrivés vendredi à Moscou dans l’espoir d'obtenir un cessez-le-feu, préalable espéré à un accord global sur la crise en Ukraine.

Mme Merkel et M. Hollande devaient rencontrer le président russe Vladimir Poutine, pour le convaincre de faciliter un cessez le feu dans l’Est de l’Ukraine, où les troupes gouvernementales affrontent toujours les séparatistes ukrainiens soutenus par la Russie. Ce déplacement est intervenu un jour après que les deux dirigeants eurent conféré à Kiev avec le président ukrainien Petro Poroshenko.

Les deux leaders cherchent à « défendre la paix », a dit Mme Merkel, et font tout leur possible pour mettre fin « au bain de sang » dans l’Est de l’Ukraine. « Nous sommes convaincus qu'il n'y a pas de solution militaire à ce conflit ».

Pour Francois Hollande, l’offre faite à Poutine permettrait de parvenir à « une nouvelle solution au conflit, fondée sur l'intégrité territoriale de l'Ukraine ».

A Bruxelles vendredi, le vice-président américain Joe Biden a accusé la Russie de continuer à intensifier le conflit en Ukraine « en envoyant des mercenaires et des chars » sur le terrain. Moscou, a-t-il ajouté, ne peut ni ne doit « redessiner la carte de l'Europe ».

XS
SM
MD
LG