Liens d'accessibilité

VIH/SIDA : Les communautés noires américaines veulent relever le défi


L'une des jeunes volontaires ayant participé à une journée de sensibilisation sur le VIH/SIDA dans les communautés noires aux USA

L'une des jeunes volontaires ayant participé à une journée de sensibilisation sur le VIH/SIDA dans les communautés noires aux USA

Aux Etats-Unis, chaque année, les communautés noires américaines organisent une journée spéciale d’information et de sensibilisation sur le VIH/SIDA. Les Afro-Américains représentent environ 13% de la population des E.U, mais ils comptent pour la moitié des nouveaux cas d’infection du virus VIH. C’est une épidémie qui touche pratiquement tout le monde dans les communautés noires, jeunes et vieux.

La NAACP, Association nationale pour l’avancement des gens de couleur, une organisation de défense des droits civiques qui se penche traditionnellement sur les questions légales et d’inégalité raciale, a aujourd’hui un bureau s’occupant du SIDA. Selon la directrice de santé de l’association, Sharon Arline Bradley, un homme noir sur 16 et une femme noire sur 13 attraperont le VIH aux États-Unis.

VIH/SIDA : Les communautés noires américaines veulent relever le défi

VIH/SIDA : Les communautés noires américaines veulent relever le défi

Les causes sont les mêmes que dans les autres groupes ethniques : contacts sexuels non-protégés, partenaires sexuels multiples, partage d’aiguilles pour la consommation intraveineuse des drogues, et le fait de ne pas chercher de l’aide immédiatement après infection.

Il y a aussi beaucoup de gens privés d’accès aux soins de santé, comme le constate le docteur John Ruffin, responsable des questions sanitaires pour les minorités, aux Instituts nationaux américains de la santé.

Durant la journée de sensibilisation sur le SIDA, des jeunes femmes essaient d’informer d’autres jeunes, en les encourageant surtout à se faire examiner. Le résultat n’est pas toujours satisfaisant, disent-elles.

Deux des participantes l’expliquent en ces termes : « Demandez à une femme si elle veut des préservatifs, et elle vous répond que non. Le problème, c’est que la plupart des personnes monogames ignorent si, parfois, leur partenaire ne l’est pas. »

Un ruban rouge géant décore le portique nord de la Maison Blanche à l'occasion de la Journée mondiale du SIDA, le 1er décembre 2011

Un ruban rouge géant décore le portique nord de la Maison Blanche à l'occasion de la Journée mondiale du SIDA, le 1er décembre 2011

Ces jeunes femmes font partie de Metro Teen AIDS, une organisation de santé communautaire. L’une d’elle, Ladera Ellis, nous dit que parmi les noirs américains, il existe un stigmate associé au SIDA et ayant à sa source l’homophobie. Elle croit que les homosexuels sont particulièrement victimes de la stigmatisation. Les gens pensent qu’ils sont à l’origine de la maladie. Il faut, donc, déstigmatiser le SIDA, comme le disent les autorités sanitaires et les activistes communautaires, afin de réduire le taux d’infections du VIH.

Vaincre le SIDA, c’est un pari possible, nous dit Phil Wilson, fondateur du Black AIDS Institute, un groupe de réflexion œuvrant pour éliminer le fléau parmi les noirs américains. Ce qu’il faut, c’est davantage de fonds pour les programmes de test et de prévention parce que quand les gens sont mieux informés, ils sont mieux à même de se protéger.

XS
SM
MD
LG